Ajaccio Lyon Larbi Kone
Larbi a fait très mal aux Lyonnais | PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Ajaccio hausse le ton, Lyon ne répond plus

Publié le , modifié le

Rien ne va plus à Lyon qui s'est incliné 2-1 au Gazélec Ajaccio en match décalé de la 19e journée de Ligue 1. Le vent en poupe, les Corses ont mis à mal la défense des Gones sur deux buts de Larbi. Clement Grenier a réduit le score mais c'était trop peu pour bousculer une belle équipe ajacienne. 9e, l'OL continue sa chute au classement tandis que le Gaz remonte au 12e rang. L'avenir de Hubert Fournier s'écrit plus que jamais en pointillé...

Toujours la même rengaine depuis quelques semaines. Est-ce le dernier match d'Hubert Fournier sur le banc de l'OL ? Avant de savoir si ça sentait le sapin, ses joueurs avaient l'occasion de jouer les pompiers de service en s'imposant à Ajaccio. La dernière fois que la menace était la plus forte, les Gones avaient gagné à Valence lors de la dernière journée de Ligue des champions. Les titulaires en avaient-il l'envie et les moyens ? Face à un Gazélec euphorique, Lyon est vite rentré dans le rang. Aucune rébellion à l'horizon.

Doublé de Larbi

Ajaccio a donc appuyé sur une défense dépassée. Heureusement pour l'OL, Lopes s'avérait plus solide comme dernier rempart. Le portier portugais dégageait des poings une frappe de Ducourtioux (8e) avant de sortir un ballon de Tshibumbu (10e). Sur le corner, Ajaccio voyait son but refusé pour une faute légère sur Kone lors du corner. A défaut de prendre soin de son gardien, Lyon continuait d'alimenter son infirmerie. Cette fois, c'était au tour de Rafael de quitter ses partenaires prématurément (12e).

Et Gonalons glissa

A voir le Gazélec s'amuser, c'était à se demander si le Brésilien avait été remplacé. L'ouverture du score semblait inéluctable. Larbi se jouait à nouveau d'une défense lyonnaise sans impact puis s'en allait tromper Lopes d'un tir croisé (1-0, 32e). Les Ajacciens étaient récompensés de leurs efforts et manquaient de peu le doublé par Tshibumbu (45e). Finalement, les Corses se mettaient à l'abri après l'heure de jeu. Lancé en profondeur, Larbi se trouvait à la lutte avec Gonalons. Symbole de l'impuissance lyonnaise, le capitaine des Gones glissait en tentant de s'interposer. Seul avec le ballon, le N.10 corse battait Lopes d'une jolie frappe enroulée (2-0, 67e).

Ajaccio 12e !

Lyon ne baissait pas la tête et réduisait le score sur un excellent travail de Ghezzal à gauche. Son centre trouvait la tête de Grenier (2-1, 72e). Ce but ne changeait rien aux difficultés lyonnaises. Ajaccio était plusieurs fois en position de marquer un troisième but mais négociait mal ses contres. Peu importe puisque la victoire et la 12e place était au bout. Que de progrès réussis par cette équipe qu'on donnait condamnée en septembre. Pour Lyon, de jours sombres s'annoncent pendant la trêve. Surtout pour Hubert Fournier dont les jours sont comptés même si Jean-Michel Aulas a assuré ne prendre aucune décision avant le 28 décembre.

Ré​actions

Thierry Laurey (entraîneur du GFC  Ajaccio): "C'est une victoire que j'estime logique. On est bien rentré dans le  match en mettant les ingrédients qu'il fallait et en bousculant cette équipe de  Lyon qui n'était tout de même pas la première venue. On ouvre logiquement le  score. A la pause, les consignes étaient les mêmes. L'équipe a respecté les  consignes. Lyon a essayé de pousser mais j'estime qu'on les a bien tenus. Le  deuxième but nous a donné de la confiance en plus mais, dans la foulée, on  s'est fait surprendre, ce qui a donné une fin de match plus difficile même si  on a su les contenir sans concéder de véritables occasions. On voulait vraiment  finir 2015 en beauté. On l'a fait. Mon équipe progresse, les joueurs qui  rentrent intègrent parfaitement les plans de jeu. On a vingt-quatre points mais  le championnat est encore long. On va souffler, passer les fêtes et se  retrouver le 28 décembre pour la reprise".
   
Hubert Fournier (entraîneur de Lyon): "C'est une nouvelle défaite. Je n'en  veux pas spécialement à mes joueurs. Ils ont essayé de mettre de la bonne  volonté dans cette rencontre. En étant, il est vrai, assez maladroits par  moments. Je regrette surtout la première période au cours de laquelle on a  complètement subi la domination d'Ajaccio. Il était très important de corriger  le tir après la pause car nous étions ballottés par cette équipe d'Ajaccio. On  l'a fait mais ce fut assez décousu dans l'ensemble. Notre prestation a été plus  honorable mais c'est vrai, encore assez insuffisante pour revenir dans ce  match. On finit l'année 2015 sur une mauvaise note, fatigué. La trêve arrive à  point nommé pour tout le monde. On va retrouver du monde à la reprise et l'on  s'efforcera, en même temps, d'avoir un certain standing".