Paulo Sousa, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux
Paulo Sousa, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux | NICOLAS TUCAT / AFP

Actionnaires "au bord de la rupture" et grosse inquiétude à Bordeaux

Publié le , modifié le

La situation se tend de jour en jour du côté de Bordeaux. Les Girondins traversent une sérieuse crise entre les deux fonds d'investissement propriétaires du club, une situation qui commence à avoir des conséquences sur la gestion sportive du 4e de Ligue 1. L'entraîneur Paulo Sousa n'a pas masqué son inquiétude ce jeudi en conférence de presse, quelques heures après les révélations du journal Sud Ouest sur la situation dangereuse dans laquelle se trouve le club au scapulaire.

L'entraîneur de Bordeaux Paulo Sousa a admis jeudi "se poser des questions" sur l'éventuel changement de gouvernance du club qui "a déjà et va avoir des conséquences", sur fond de tensions entre actionnaires.

D'après le quotidien Sud Ouest publié jeudi, GACP (13,6 %) et King Street (86,4 %), les deux fonds d'investissements américains propriétaires du club depuis un an, se livrent depuis plusieurs semaines une lutte intestine sur la politique à mener au sein des Girondins, actuellement quatrièmes de L1. Le journal évoque ainsi "un point de rupture irrémédiable" entre les deux actionnaires sur fond de mauvaise situation financière, malgré un dernier mercato financièrement excédentaire (+27 M EUR) et un passage sans encombre devant la DNCG ce mois-ci, et une possible absorption prochaine de GACP, porté sur l'investissement, par King Street, davantage intéressé par la restructuration du club, le volet commercial et la rigueur financière.

Le président délégué du club, Frédéric Longuépée, proche de King Street et visé ouvertement par deux banderoles hostiles déployées par le groupe d'ultras des Ultramarines lors du dernier match contre Monaco (2-1), est silencieux depuis plusieurs semaines.

"C'est vrai que c'est une chose qui va avoir des conséquences, qui a déjà des conséquences, c'est normal. On ne peut pas le mettre de côté parce que c'est ce qui va se passer", a réagi Paulo Sousa jeudi à l'issue d'un entraînement à huis clos.

J'espère vraiment que l'ego des personnes est moins important que le club.

Le Portugais, qui "se concentre surtout ce que l'on peut contrôler, à savoir l'entraînement, les joueurs, le message qu'on essaye de passer à travers vous de confiance, de professionnalisme", a admis être "plus inquiet quand [il] voit un club qui n'a pas compris encore que donner des informations privées n'aide pas au projet que l'on essaye de construireIl y a une incertitude qui apparaît ici, on se demande ce qui va se passer et ce n'est pas le mieux en terme d'énergie pour tout ce que l'on construit, a-t-il précisé. J'espère vraiment que l'ego des personnes est moins important que le club. On doit mettre de côté l'ego personnel pour respecter le club et le foot".

Interrogé sur les éventuelles répercussions qu'aurait un changement d'actionnaires à la tête du club, le technicien portugais a reconnu "se poser des questions" mais a a coupé court à l'idée d'un départ anticipé : "Si je n'avais pas l'envie (de continuer), je serais déjà parti. Je suis ici avec toute l'envie et toutes mes connaissances et motivation pour aider ce club à arriver le plus vite possible à ce qu'il mérite".

AFP