Abou Diaby
Abou Diaby évoluera à l'Olympique de Marseille cette saison. | MICHAEL ZEMANEK / BACKPAGE IMAGES LTD / DPPI MEDIA

Accord de principe entre Abou Diaby et l'OM

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille annonce sur son site internet avoir trouvé un accord de principe avec le milieu international Abou Diaby. Si l'OM n'a pas précisé la durée du contrat, on parle d'un accord sur deux saisons et d'un salaire variant en fonction du nombre de matches joués par l'ancien joueur d'Arsenal, souvent sujet aux blessures tout au long de sa carrière.

En manque de moyens financiers, l'Olympique de Marseille a choisi de faire des paris cet été. Le dossier Lassana Diarra bouclé, Vincent Labrune a convaincu ce mardi soir, Abou Diaby (29 ans, 16 sélections) de rejoindre le club Phocéen alors que le Président olympien travaillait sur ce dossier depuis plusieurs mois déjà.

Le club l'a annoncé via son site officiel. Abou Diaby est donc le deuxième international français à rejoindre la Canebière cet été après Lassana Diarra. Les deux hommes sortent d'une saison blanche, l'un à cause un conflit l'opposant à son club du Lokomotiv Moscou, l'autre à cause de nouvelles blessures à répétition.

Cinquante matches en cinq saisons

Et c'est d'ailleurs pour ça que l'OM prend un risque en faisant venir l'ancien espoir du football français. Abou Diaby n'a pas fait une saison solide depuis 2009/2010 et ses 50 matches joués sous le maillot d'Arsenal. Depuis il cumule... 50 rencontres en cinq saisons ! Mais le staff médical de l'OM, Christophe Baudot le médecin en tête, sont très réputés et espèrent bien faire de Diaby un joueur capable d'enchaîner les matches. La réputation du staff médical marseillais a d'ailleurs fait pencher la balance en faveur d'un retour en France pour Diaby alors que West Bromwich Albion lui faisait les yeux doux et a insisté jusqu'à la dernière minute pour le recruter selon des informations de L'Equipe du jour. Après Nkoudou, Sarr, Diarra, Rekik, Pelé et Ocampos, l'OM compte sa septième recrue de l'été et espère encore Charles Aranguiz, la pépite chilienne.

Christophe Gaudot @ChrisGaudot