Lyon, Lille et Saint-Etienne jouent gros en cette fin de championnat
Lyon, Lille et Saint-Etienne jouent gros en cette fin de championnat | AFP

37e journée : enjeux, 7 et maths

Publié le , modifié le

Après neuf mois de compétition, la Ligue 1 entre dans le temps additionnel. A deux journées du terme du championnat, les enjeux sont nombreux. De la course à la Ligue des Champions à celle pour la Ligue Europa, en passant par la lutte pour le maintien, 7 rencontres peuvent modifier le sort du championnat de France. On fait le point sur les casse-têtes de la soirée.

  •  Monaco-Saint-Etienne : choc pour l’Europe

Le 8 avril dernier, l’AS Monaco regardait les deux Olympiques de haut. Au soir de la 32e journée, les rouge et blanc pointaient à la 2e place du championnat, avec 7 points d’avance sur Marseille et Lyon. Un mois plus tard, la donne a changé. L’ASM est désormais troisième, à un point de l’OL et à égalité avec l’OM qui flirte avec le podium. Conséquence, Monaco doit tout gagner pour avoir son destin entre les pieds dans l’optique d’une nouvelle épopée en Ligue des Champions la saison prochaine. Face à Saint-Etienne, les hommes de Leonardo Jardim affrontent une bête robuste mais blessée. Les Verts restent sur une défaite amère face à Bordeaux après une série folle de 13 matchs sans défaite. L’ASSE est 6e au classement et pourrait, en cas de victoire, passer devant Rennes, qui affronte ce soir le Paris Saint-Germain.

  • Strasbourg-Lyon : enjeux opposés

Dans la catégorie “ma saison est loin d’être finie”, Strasbourg et Lyon ne sont pas concurrents directs mais risquent de vivre un mois de mai riche en émotions. Les Alsaciens, dont la dernière victoire remonte au 11 février, n’ont plus qu’un point d’avance sur la 18e place, synonyme de barrage. La réception de l’OL n’est pas idéale pour briser cette série noire. Car les Lyonnais sont en forme. En témoignent leurs 24 buts lors des 8 derniers matchs, tous conclus par une victoire. En cas de victoire ce soir à Strasbourg et face à Nice samedi prochain, Lyon sera assuré de terminer à la 2e place.

  • Bordeaux-Toulouse : en mauvaise posture

A l’instar de Strasbourg et Lyon, Bordeaux et Toulouse ne jouent pas dans la même catégorie. Mais les deux équipes se rejoignent sur un point : elles sont mal embarquées pour atteindre leur objectif respectif. A Bordeaux, le top 6 est toujours dans le viseur. 11es au soir de la 34e journée, les Girondins ont enchaîné deux succès probants face à Dijon (3-1) et Saint-Etienne (3-1). Aujourd’hui 9es à 3 points de la 6e place, donnant accès aux barrages de Ligue Europa, ils ne sont plus maîtres de leur destin et n’ont plus qu’à gagner pour espérer. Côté Toulousains, la défaite à domicile face à Lille (2-3) a fait très mal. Face à un concurrent direct, le TFC s’est incliné après avoir mené jusqu’à la 80e minute. Conséquence, Toulouse récupère la place de barragiste. A deux journées de la fin, Troyes n’est qu’à deux points derrière mais l’espoir est permis tant les écarts sont infimes devant : Lille et Strasbourg pointent à un point.

  • Nice-Caen : attention, danger !

Si le Stade Malherbe de Caen a de quoi voir venir avec 3 points d’avance sur la zone rouge à 2 journées de la fin du championnat, sa dynamique est calamiteuse. Depuis un succès face à Strasbourg (2-0) le 4 mars, Caen n’a rien gagné. Son calendrier est délicat. Après le déplacement à Nice ce soir, les Normands défieront le PSG lors de la dernière journée. Autant dire que le SMC va plutôt compter sur un faux pas de ses concurrents. De son côté, Nice doit l’emporter pour espérer jouer la Ligue Europa la saison prochaine. D’autant que le déplacement à Lyon le week-end prochain, sera périlleux. Les Azuréens n’ont qu’un point de retard sur la 6e place de Saint-Etienne, qui joue à Monaco ce soir.

Christophe Jallet dépassé par Ronny Rodelin
Christophe Jallet dépassé par Ronny Rodelin © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

  • Paris-SG-Rennes : les Bretons regardent derrière

Tandis que le Paris Saint-Germain a déjà terminé sa saison en étant sacré champion de France et en soulevant la Coupe de France mardi, Rennes n’a pas fini de transpirer. 5e de Ligue 1 actuellement, les coéquipiers d’un Benjamin Bourigeaud au sommet de son art (4 buts sur les 5 derniers matchs), n’ont pas un calendrier aisé. Face à Paris, le défi sera grand ce soir. Et la semaine prochaine, ce ne sera pas simple avec la réception de Montpellier. Rennes doit engranger des points. Cela commence par une belle performance ce soir au Parc des Princes.

  • Montpellier-Troyes : croire à l’exploit

D’un côté, la Ligue Europa. De l’autre, le maintien. Les Montpelliérains, à la défense de fer, sont 8e, à trois points de l’Europe. Une victoire face à Troyes est impérative et il faudra prendre au moins un point à Rennes lors de la dernière journée. Les Héraultais peuvent compter sur leur arrière-garde, qui n’a encaissé que 31 buts cette saison (2e défense derrière Paris). A Troyes, la défense n’est pas aussi solide (15 buts encaissés sur les six derniers matchs) et les visages ne sont pas à la fête dans l’Aube. La dynamique et le calendrier ne jouent pas en faveur des Troyens. Benjamin Nivet et les siens ont perdu 5 de leurs 6 derniers matchs et recevront Monaco samedi prochain. De quoi enterrer un peu plus les espoirs de maintien.

  • Lille-Dijon : surfer sur la dynamique

Il fallait gagner deux matchs, Lille l’a fait. Il y a deux semaines, le LOSC était à 5 points du maintien. Deux victoires plus tard face à des concurrents direct (3-1 contre Metz puis 3-2 à Toulouse) et les Nordistes respirent. Ils sont 6es, avec une marge certes mince mais inespérée il y a quinze jours. Plus que deux matchs pour se maintenir. Le premier, face à des Dijonnais assurés de rester dans l'élite, est un rendez-vous idéal pour prendre des points. La semaine prochaine, à Saint-Etienne, ce sera plus compliqué.

  • Amiens-Metz et Angers-Nantes : presque pour du beurre

Le FC Nantes n’est pas officiellement éliminé de la course à l’Europe. Si Rennes, Nice et Saint-Etienne ne prennent plus le moindre point, si Montpellier et Bordeaux ne gagnent plus, et que Nantes remporte ses deux matchs, l’Europe sera là. Tellement hypothétique.  Cet Angers-Nantes ne représente donc qu'un infime espoir pour les Canaris. Du côté d’Amiens, l’intérêt sera encore plus maigre. Les Picards seront maintenus en Ligue 1 tandis que le FC Metz est condamné à descendre en Ligue 2 après sa défaite contre Angers dimanche dernier (1-2).

Léo de Garrigues @El2ga