1985/86 : quand Gérard Houllier a mené le PSG à son premier titre de champion de France

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Paris Saint-Germain 1986
Folle ambiance au Parc des Princes en avril 1986, quelques semaines avant le premier sacre de champion de France. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Disparu ce lundi à l'âge de 73 ans, Gérard Houllier a marqué l'histoire du football moderne par ses passages à Lyon et à Liverpool notamment. Mais c'est avec le Paris Saint-Germain que l'entraîneur français a décroché son tout premier trophée en 1985/86. Une saison inoubliable pour le club de la capitale qui avait alors inscrit à son jeune palmarès son premier titre de champion de France.

Jusqu'à ce dimanche soir, l'Olympique Lyonnais dirigé par Gérard Houllier était le dernier à avoir battu le Paris Saint-Germain chez lui en Ligue 1 (le 28 octobre 2007 : 3-2). Comme un symbole, l'ancien homme fort des Gones s'est éteint ce lundi à l'âge de 73 ans, au lendemain de la victoire retentissante des joueurs de Rudi Garcia au Parc des Princes (1-0). Pour beaucoup, Houllier était un des symboles de la grandeur de l'OL des années 2000, de celui qui tyrannisait un PSG d'ailleurs incapable de gagner contre son équipe entre 2005 et 2007 (6 matches : 4 défaites, 2 nuls). Il faut dire que parmi les nombreuses traces qu'il a laissées dans le football moderne, celle-là est la plus fraiche.

Première mutuelle

Mais c'est bien avec le Paris Saint-Germain que Gérard Houllier a exulté la première fois, à l'issue de la saison 1985/86, bien avant Thomas Tuchel, Unai Emery, Laurent Blanc, Carlo Ancelotti et même Artur Jorge. Bien avant QSI et avant les années Canal +. Cette saison-là, le premier titre de champion de France décroché par le jeune entraîneur ambitieux de 38 ans est également le tout premier d'un club tout aussi ambitieux, arrivé au sommet du football français seulement 16 ans après sa création. Guidé par Safet Susic, Dominique Rocheteau, Joël Bats et Luis Fernandez, Paris écrit la 3e ligne de son jeune palmarès après les deux Coupes de France de 1982 et 1983, la première vraiment mémorable.

De cette saison, la victoire arrachée au Parc contre Monaco (1-0) le 11 avril 1986, assurant quasiment du titre de champion de France à deux journées de la fin, est sûrement la plus marquante. "Quand on est près de toucher au but, on a toujours un petit peu peur de perdre l'acquis et de ne pas y arriver (...). J'ai le souvenir d'un match extrêmement serré et difficile avec une atmosphère de drame autant dans les tribunes que sur le terrain. On pensait s'acheminer vers un match nul et puis il y a eu ce corner mémorable, ce corner fabuleux dont on se souviendra toujours", racontait Houllier à froid à la télévision. Alors qu'il cherchait à obtenir le point du nul pour conserver son avance sur Nantes, le PSG marque à la 89e minute par Oumar Sène, opportuniste sur corner après une volée manquée d'Omar Da Fonseca.

L'enlaçade virile avec Fernandez

"Une immense joie m'a envahi et je me souviens que Luis Fernandez s'est jeté sur moi et m'a presque cassé le nez", s'amusait Houllier en retraçant la rencontre. Une joie que Fernandez, le capitaine de l'époque, n'a pas oublié mais dont le souvenir a été rendu douloureux avec le décès de son ancien entraîneur, une semaine après celui de Jean-François Charbonnier, son ex-coéquipier et protagoniste du sacre de 1986. Interrogé par L'Equipe sur le souvenir que lui laisse Gérard Houllier, Luis Fernandez garde de lui "ses idées novatrices", "son côté humain" et sa capacité à "créer une ambiance exceptionnelle dans le groupe".

Egalement dans les colonnes de L'Equipe, Safet Susic retient "son sourire" et sa "très grande connaissance du football". "Je l'appréciais énormément. Quand il est arrivé au PSG, à l'été 1985, on ne le connaissait pas trop, c'était un jeune entraîneur (38 ans à l'époque). On a découvert quelqu'un de très attachant, qui communiquait énormément avec ses joueurs", a développé l'ancienne star du foot yougoslave. "Il y avait certaines craintes mais comme entraîneur, il s'était remarquablement et très vite adapté, il a emmené tout le monde derrière lui", a ajouté Fernandez. De son côté, le Paris Saint-Germain a tenu à rendre hommage à une "très grande figure du club", d'après les mots rédigés par le président Nasser Al-Khelaïfi lui-même.

Même si les souvenirs glorieux datent d'il y a maintenant 34 ans, et si les deux autres saisons qu'il a passées sur le banc n'ont pas eu la même saveur, Gérard Houllier a laissé une trace incontestable dans l'histoire du club de la capitale. Avec la bande à Susic, il a notamment enchaîné une série de 26 matches sans défaite en Ligue 1, de juillet 1985 à janvier 1986, la troisième la plus longue du club dans l'élite (après les 27 entre août 1993-avril 1994 et les 36 entre mars 2015 et février 2016). Outre le titre de champion de France et l'exultation contre Monaco, il a tout simplement mené l'un des PSG les plus iconiques, peut-être le plus fort de l'ère pré-Canal +.

à voir aussi Gérard Houllier, la disparition d'un bâtisseur invétéré du football moderne Gérard Houllier, la disparition d'un bâtisseur invétéré du football moderne