Saint Etienne - Reims
3-0 : la sentence est dure pour les Rémois. | JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

12e journée : face à Reims, Saint-Etienne n'a pas eu à forcer

Publié le , modifié le

Reims, qui n’a plus gagné depuis le 25 septembre, se déplaçait à Saint-Etienne dans le cadre de la 12e journée de Ligue 1. Une mission difficile pour les hommes d’Olivier Guégan, puisqu’ils n’ont pas remporté un match dans le Forez depuis 1959. Saint-Etienne l’emporte sur le score de 3-0, et prend confiance avant la semaine importante qui l’attend.

Le but contre-son-camp de Prince Oniangué (68e) est le symbole-même de la rencontre entre Saint-Etienne et Reims. Les Champanois n’ont pas manqué d’envie, se sont montrés plein de bonne volonté, dangereux parfois, mais ne sont jamais parvenus à faire la différence dans un stade où ils n’ont pas gagné depuis 1959. Bien avant le match, la tâche s’annonçait ardue pour les Rémois, onzièmes du championnat, face aux Stéphanois, actuels cinquièmes. Des adversaires qu’ils n’ont jamais réussi à vaincre lors de leurs seize dernières rencontres. 

La première mi-temps est assez serrée, Reims se montrant dangereux, surtout sur les coups de pieds arrêtés. Frédéric Bulot parvient même à faire douter Stéphane Ruffier à la 35e suite à une frappe du gauche à une vingtaine de mètres seulement de la cage stéphanoise. Saint-Etienne peine à trouver ses marques et manque d'efficacité devant le but, malgré les tentatives de Beric (34e et 44e).

Trois buts en seconde mi-temps

Les Verts haussent d’un cran leur niveau de jeu en seconde période, avec dès la sortie des vestiaires le tir sur la transversale de Loïc Perrin (52e). Robert Beric vient ouvrir le score dix minutes plus tard, suite à une belle passe décisive de François Clerc. Cinq minutes plus tard la sentence s’alourdit pour les hommes d’Olivier Guégan, avec ce but contre-son-camp de Prince Oniangué, suite à un coup-franc tiré par Valentin Eysseric. Saint-Etienne se contente ensuite de contrôler le match, et enfonce le clou à la 83e minute, grâce à Eysseric parfaitement lancé par Nolan Roux. Johny Placide ne pouvait rien faire. Pourtant les Rémois ne déméritent pas, et tentent même de sauver l’honneur à la 86e, grâce à cette tentative d’Oniangué, désireux de se racheter. Le coup de sifflet final est lancé, 3-0, ce n’est pas cette année encore que les Champanois parviendront à s’imposer face aux Stéphanois.

Reims était venu chercher au Stade Geoffroy Guichard un succès, qu’il n’a pas réussi à ramener depuis le 25 septembre dernier. Saint-Etienne en a profité pour engranger le plein de confiance, avant une semaine déterminante. En effet, les Verts ont rendez-vous avec l’Europe jeudi, face à Dniepropetrovsk, puis avec leurs meilleurs ennemis lyonnais dimanche, pour un derby qui s’annonce savoureux.