lfp
Didier Quillot, directeur général exécutif de la LFP. | FRANCK FIFE / AFP

Ligue 1: plus de 1,1 milliard d'euros de droits TV entre 2020 et 2024, Canal+ évincé

Publié le , modifié le

Les droits TV domestiques de la période 2020-24 de la Ligue 1, le championnat d'élite français, ont été attribués contre un montant annuel de 1,153 milliard d'euros, a annoncé mardi la Ligue de football professionnel (LFP). Si le milliard est dépassé, ce qu'espérait la Ligue, c'est tout de même une révolution pour le football français, puisque c'est un nouveau venu qui rafle la mise et que les diffuseurs historiques sont écartés des principales affiches.

 "C'est un appel d'offres fructueux, avec une augmentation significative de nos droits TV", s'est félicitée la présidente de la LFP, Nathalie Boy de la Tour. Les droits pour la période 2016-2020 s'élevaient à 762 millions d'euros. Mais pour le public, il n'est pas certain que cette course en avant à la multiplication des droits soit à la portée de tout le monde.

Mediapro rafle la mise

C'est le groupe espagnol Mediapro qui a raflé les principaux "lots" mis aux enchères mardi par la Ligue. Un groupe passé sous pavillon chinois et qui a l'ambition de mettre la main sur la diffusion du football français. Coquille vide en matière télévisuelle, Mediapro  nourrit le projet de créer une chaîne dédiée, spécialement consacrée au football. Bein qui a beaucoup investi ces dernières années, se retrouve réduit à la portion congrue alors que Canal +, diffuseur historique, est complètement écarté du jeu. 

Canal+ évincé

En effet, Canal+ "n'est plus attributaire d'aucun lot" bien qu'il ait fait des offres "sur chacun des 7 lots" mis en vente, a précisé le directeur général de la LFP Didier Quillot, rappelant qu'il est "partenaire du football français depuis 1984 et le restera jusque 2020".

Reste à savoir si Mediapro pourra, d'ici 2020, se structurer de façon suffisante pour proposer tous les matches pour lesquels la société s'est positionnée. Cela dépendra, dans le meilleur des cas, de l'avis du CSA, pour la création d'un chaîne spécifique. Si cela devait ne pas être le cas, de source proche du dossier, Mediapro pourrait tenter de faire fructifier son investissement en redistribuant ses droits auprès des distributeurs, qui pourraient alors envisager des accords de sous-licences pour récupérer au moins en partie certains lots.

Didier Quillot a d'ailleurs précisé mardi que "Mediapro peut sous-licencier ou pas, c'est à sa discrétion car c'était prévu dans l'appel d'offres". "Ce qui nous a été remis de la part de Mediapro, c'est le projet d'une chaîne éditoriale avec de nombreux matches et c'est pourquoi ils ont fait des offres sur de nombreux lots".

Les différents lots attribués 

Le lot 1 comprenant le top 10 et 28 matches de choix 3 a été attribué à Mediapro. 
Le lot 2 comprenant le match du vendredi à 21h00 et le match du samedi à 17h00 a été attribué à Mediapro. 
Le lot 3 comprenant le match du samedi à 21h00 et le match du dimanche à 17h00 a été attribué à beIN Sports 
Le lot 4 comprenant un match le dimanche à 13h00 et 4 matches le dimanche à 15h00 a été attribué à Mediapro.  
Le lot 5 comprenant les 3 Multiplex (J19, J37 et J38), les matches de barrage et le trophée des champions n'a pas été attribué. 
Le lot 6 comprenant les droits de diffusion d'extraits en quasi-direct sur tous les matches et les droits magazines en vidéo à la demande a été attribué à Free. 
Le lot 7 comprenant les magazines de la semaine n'a pas été attribué.

Quelques matchs  pour BeinSports

Dans le détail, le lot N.1, qui comprend notamment les 10 plus belles affiches de la saison et l'affiche du dimanche à 21h00, et le lot N.2, qui comprend le vendredi 21h00 et le samedi 17h00, ont été attribués à Mediapro. Le lot N.3, qui compte le samedi à 21h00 et le dimanche à 17h00, a été attribué à BeIN Sports. Deux lots de moindre importance n'ont pas été attribués car "le prix de réserve" fixé par la LFP n'a pas été atteint, et seront remis en vente "avant la fin de l'année 2018", a encore indiqué la LFP.

En tout état de cause, alors que la Ligue ne voit que la somme globale  des droits,  dans un contexte économique en développement,  et quelle que soit la réalité des chiffres, la modalité des attributions de lots,  et les accords à venir potentiels, on peut tout de même s'interroger sur la véritable capacité des amateurs de football à pouvoir s'abonner à une myriade de diffuseurs pour parvenir à suivre le championnat de France. 

France tv sport @francetvsport