Rony Lopes

Ligue 1 / Nantes - Monaco : La jeunesse monégasque domine Nantes sans briller

Publié le , modifié le

L'AS Monaco s'est largement imposé contre le FC Nantes (3-1) samedi à La Beaujoire. Le score, cruel pour les Nantais ne reflète pas la physionomie du match. Nantes a largement dominé et s'est procuré beaucoup plus d'occasions, jusqu'à la 69e minute et l'ouverture du score de Rony Lopes. Monaco s'est imposé, mais n'a pas rassuré. La jeune équipe (23 ans de moyenne), manquait clairement d'automatismes. Entre les départs des cadres cet été (Lemar, Fabinho, Moutinho) et les mondialistes qui ont eu une préparation tronquée, Jardim a du pain sur la planche pour remonter son équipe au niveau des dernières sasisons.

Beaucoup d'interrogations planent au dessus du groupe monégasque en ce début de saison. En plus de tous les départs de cet été dans le club de la principauté, les mondialistes n'étaient pas encore prêts à débuter un match. Le 11 de départ aligné par Léonardo Jardim face à Nantes était très (trop ?) jeune. 23 ans de moyenne, et ça s'est vu.

Des Nantais convaincants, mais pas réalistes 

En première période, Nantes a dominé de la tête et des épaules. Les canaris ont proposé un jeu de possession huilé, avec beaucoup de maîtrise technique. Ils ont eu la possession, ils se sont procurés les occasions les plus franches, mais à l'image de la frappe de Rongier au point de penalty qui a vu le cadre se dérober (21e), ils n'ont pas su conclure. Les Monégasques quant à eux ont enchaîné les approximations techniques et les mauvaises relances. Mais dès le début du match, ils se sont montrés dangereux sur les contres avec une capacité à se projeter très vite vers l'avant. 

 

La composition de Monaco avec ses 23 ans de moyenne

Entrée décisive pour Falcao

A la 69e minute, c'est Rony Lopes qui a fini par ouvrir le score pour Monaco, sur contre-attaque. Les Nantais qui ont beaucoup couru pendant le match ont accusé le coup et se sont écroulés physiquement. La suite est cruelle. A la 80e minute, Valentin Rongier a bien cru égaliser sur une frappe en pivot au point de penalty, mais a vu sa frappe arrêtée par Benaglio. Quelques secondes plus tard, au bout d'un contre fulgurant, Jovetic a crucifié Tatarusanu pour doubler la mise. Radamel Falcao, entré en jeu 3 minutes avant le premier but et passeur décisif sur le second a alourdi le score à la 83e, pour enterrer définitivement les espoirs nantais. La réduction du score d'Emiliano Sala à la 90e minute sera anecdotique. 

L'entrée du Tigre Radamel Falcao a débloqué la situation pour les Monégasques.
L'entrée du Tigre Radamel Falcao a débloqué la situation pour les Monégasques. © LOIC VENANCE / AFP

Jardim a du travail

Thomas Lemar, Fabinho ou encore Joao Moutinho, le club de la principauté a encore vendu ses cadres à prix d'or cet été. La politique de Vadim Vasilyev est clair, miser gros sur la formation, faire éclore des pépites et les vendre à prix d'or. Pour l'instant le modèle fonctionne, mais en le poussant à l'extrême, Monaco pourrait vite se prendre les pieds dans le tapis. Les ventes de ce mercato ont définitivement dissous l'équipe championne en 2017, il ne reste plus que Radamel Falcao, Kamil Glik, Jemerson, Djibril Sidibé et Andrea Raggi de cette période. Le groupe de cette année est très jeune, et même si le retour dans le 11 de départ des mondialistes, et de la recrue phare de l'été Aleksandr Golovine (blessé à la cheville) devrait faire du bien au collectif, Leonardo Jardim a devant lui un chantier énorme...

Les compositions :

FC Nantes : Tatarusanu - Lima, Carlos, Djidji, Kwateng - Moutoussamy, Touré - Dabo (Sala, 72e), Rongier, Evangelista (Alegue, 86e) - Coulibaly (Waris, 72e). 

AS Monaco : Benaglio - Barreca (Serrano, 88e), Jemerson, Glik, Pierre-Gabriel - Aholou, Diop (Falcao, 66e), Tielmans - Mboula (Grandsir, 67e), Jovetic, Lopes.

Névil Gagnepain