Jessy Moulin et Stéphane Ruffier (Saint-Etienne)
Les deux gardiens de Saint-Etienne Jessy Moulin et Stéphane Ruffier | PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Ligue 1 : Moulin gardien titulaire chez les Verts, Ruffier poussé vers la sortie ?

Publié le , modifié le

Jessy Moulin débutera la saison comme gardien de but numéro 1 à l'AS Saint-Étienne à la place de Stéphane Ruffier, a annoncé mercredi son manager général, Claude Puel. Ruffier et le coach des Verts étaient allés au clash au mois de février et le portier international avait alors été écarté du groupe stéphanois, ratant notamment le derby face à l'OL. La situation entre les deux hommes s'est dégradée et le futur du gardien semble l'éloigner de Saint-Étienne.

Quel avenir pour Stéphane Ruffier chez les Verts ? Pour l'heure rien n'est encore décidé mais le portier tricolore pourrait bien faire ses valises et quitter le Chaudron dès cet été après que son entraîneur, avec qui les relations ne sont pas forcément des plus tendres, ait confirmé l'habituelle doublure de Ruffier au poste de numéro 1 dans les buts de "Sainté".  "J'ai eu une discussion avec Stéphane pour lui dire que Jessy démarrera la saison. Au départ de cette histoire, j'avais prévu de faire souffler Stéphane un match ou deux. Et puis, il y a eu une situation qui a débordé, des choses extra-sportives se sont passées", a rappelé Puel dans un entretien publié mercredi dans le quotidien La Tribune-Le Progrès.

Une situation qui s'est dégradée

"A l'époque, j'avais envie de voir Jessy Moulin se positionner autrement que dans une position d'intérimaire. Il a eu une opportunité et Jessy a su la saisir. Ce sont deux très bons gardiens dans deux styles différents", a ajouté le technicien. Stéphane Ruffier (33 ans), arrivé à Saint-Etienne en 2011 en provenance de Monaco, perçoit l'un des plus gros salaires de l'effectif avec 2,8 millions d'euros annuels environ, soit dix fois plus que MoulinRuffier avait été écarté par Claude Puel pour affronter Reims le 23 février au stade Geoffroy-Guichard. À l'époque, l'entraîneur reprochait à l'intéressé ses mauvaises performances et un manque de travail dans son jeu au pied. Il lui avait annoncé qu'il se passerait de ses services. Ruffier n'a alors plus rejoué jusqu'à l'arrêt de la saison et le début du confinement.

à voir aussi Ligue 1 : Pas de derby pour Ruffier toujours écarté du groupe des Verts Ligue 1 : Pas de derby pour Ruffier toujours écarté du groupe des Verts

Le conflit entre les deux hommes a eu plusieurs rebonds. Sur le papier avec le remplacement de Stéphane Ruffier par Loïs Diony sur l'affiche de présentation de la demi-finale de Coupe de France entre Saint-Étienne et Rennes. Et dans la presse avec une polémique entre Patrick Glanz, se présentant comme l'imprésario du joueur, et le club stéphanois avec lequel il avait un mandat d'agent. Glantz avait notamment déclaré dans L'Equipe que Puel "crachait sur une légende de l'AS Saint-Étienne" et qu'il avait "tué son gardien". Le 5 mars, l'ASSE avait annoncé avoir envoyé une mise en demeure à Glanz pour lui signifier qu'elle mettait un terme à son dernier mandat signé avec lui et que ses derniers honoraires ne lui seraient pas payés. Orphelin de son agent, et abandonné par son coach, Ruffier apparait seul pour faire face à la situation.

Un avenir loin des Verts ?

Lorsque Ruffier apparaissait dans les tribunes de Geoffroy Guichard lors de la réception de Bordeaux en mars dernier, son entraîneur ne semblait pas fermer à l'idée de réintégrer le joueur dans le groupe et déclarait "la porte n'est pas fermée. Ça dépendra de son comportement et de ce qu'il fera". Aujourd'hui les cartes semblent être rebattues et la priorité donnée à Moulin ressemble fortement à une incitation au voyage. "Stéphane possède encore un an de contrat et je respecterai sa décision. Nous étudierons, s'il le souhaite, toute possibilité qui se présentera", a encore précisé Claude Puel. Pas sûr que la gardien aux 3 sélections avec les Bleus accepte de cirer le banc toute la saison. À 33 ans, Ruffier a encore quelques années devant lui et pourrait se laisser tenter par un nouveau challenge si l'opportunité se présente.

Avec AFP.

Jules Boscherini @julesboscherini