Oyongo et Delort heureux
Oyongo et Delort heureux | AFP

Ligue 1 : Montpellier s'offre le derby du Languedoc face à Nîmes

Publié le , modifié le

Les Montpellierains ont corrigé Nîmes devant un public surchauffé au stade de la Mosson (3-0), à l'occasion de la 8e journée de championnat. En se montrant très entreprenants en première mi-temps et en inscrivant trois buts buts par Oyongo, Delort et Laborde, les hommes de Michel Der Zakarian ont acquis un succès mérité et logique. Ils font des débuts tonitruants en Ligue 1 et pointent désormais à la 2e place, à 9 points du leader parisien. Nîmes est quant à lui relégué à la 14e place.

S'il n'y a que 50 km qui les séparent en terme de géographie, l'écart sur le terrain était beaucoup plus conséquent cet après-midi. 25 ans après le dernier Montepllier-Nîmes dans l'élite du football français, les Montpelliérains ont mis leur expérience à profit pour dominer des Crocos peu inspirés et complètement déboussolés. Il n'y a donc eu qu'une seule équipe sur le terrain ou presque. Et pourtant, entre la fougue et le penchant offensif nîmois d'un côté, et la solidité tactique et défensive montpelliéraine de l'autre, on aurait pu s'attendre à un derby beaucoup plus équilibré, et avec un peu plus de suspense. Des espérances qui ont malheureusement volé en éclats dès la première période.

Oyongo trouve la faille

Ceci en raison d'un début de match parfaitement maîtrisé de la part des Montpelliérains. Meilleurs dans l'engagement et dans le jeu, (65% de possession), les coéquipiers de Benjamin Lecomte ont d'ailleurs très vite pris l'ascendant au tableau d'affichage. A la 28e minute, Ambroise Oyongo profitait d'une erreur de dégagement de Diallo pour inscrire son 2e but de la saison en Ligue 1. Au cœur du chaudron de la Mosson, la joie excessive des supporters héraultais faisait même céder la grillade derrière la cage nîmoise, entraînant la blessure de deux personnes.

Chose qui n'empêchait pas au match de reprendre son cours et à Montpellier de garder sa mainmise sur la rencontre, après 5 minutes d'interruption. Sur un centre Florent Mollet, Gaëtan Laborde est proche de corser l'addition, mais sa reprise de la tête passe de peu à côté du cadre de Paul Bernardoni. Dans la foulée, c'est Andy Delort qui voyait sa frappe croisée terminer dans les bras du portier nîmois. Techniquement au dessus,  Montpellier avoisine les 70% de possession de balle à l'approche de la mi-temps et se voit accorder un penalty après utilisation de l'arbitrage vidéo. Sans trembler, Delort prend Bernardoni à contre-pied et fait le break (2-0, 45+9).  

à voir aussi Ligue 1 : Montpellier-Nîmes, le derby du Languedoc ressuscité Ligue 1 : Montpellier-Nîmes, le derby du Languedoc ressuscité

Mollet en chef d'orchestre face à des Crocos sans dents

Au retour des vestiaires, le changement d'attitude des Nîmois ne changera pas grand-chose. Montpellier se procure toujours les meilleures occasions. Delort (70e) et Mollet (72e) trouvent la barre, avant que Gaëtan Laborde ne creuse l'écart au terme d'une magnifique action collective (3-0, 78e). Bien servi par Mollet, véritable chef d'orchestre de l'attaque montpelliéraine, l'ancien attaquant des Girondins marque d'une tête plongeante dans le but vide. Un but qui va entraîner en envahissement du terrain du côté des supporters du MHSC où une grille avait déjà cédé en première période. Le match va s'arrêter pendant de longues minutes avant de reprendre sans d'autres beaux gestes à signaler. 

Alexis Ibohn AlexisIbohn