Golovin.

Ligue 1 : Marseille piétine toujours et concède le nul contre Monaco

Publié le , modifié le

Au terme d'une partie étrange où l'ambiance hostile du stade Vélodrome contre ses joueurs n'aura eu d'égal que la faiblesse du spectacle proposé par deux équipes malades, Marseillais et Monégasques se sont séparés sur un nul 1-1. Youri Tielemans a répondu à l'ouverture du score de Maxime Lopez, le tout en première période. Lors du deuxième acte, les deux équipes ont raté le but du break. L'OM reprend la 7e place, à égalité de points avec Strasbourg, Rennes et Nice. L'ASM est toujours avant-dernier.

Ce soir au stade Vélodrome, le spectacle n'était sans doute pas sur le terrain mais bien dans les tribunes. Remontés contre leur club, joueurs et dirigeants, les supporters olympiens avaient des choses à dire lors de ce match contre Monaco. Des banderoles, disséminées de part et d'autre des virages, ont attirés les regards. Sur le pré, en revanche, s'il y a bien eu quelques fulgurances, la rencontre n'a jamais vraiment brillé de par sa qualité. Au final, le score de 1-1 témoigne bien des difficultés actuelles des deux équipes.

à voir aussi Ligue 1 : A Marseille, le spectacle était aussi dans les banderoles Ligue 1 : A Marseille, le spectacle était aussi dans les banderoles

L'OM a soigné son entame avant de baisser le pied

Rudi Garcia avait décidé de ne pas aligner de vrai attaquant de pointe. Ocampos avait la mission de dynamiter la défense monégasque, avec Thauvin et Payet sur les ailes. Du côté de l'ASM, même musique : Falcao absent, c'est Golovin et Rony Lopes qui étaient choisis par Henry. Naldo, Ballo-Touré et Fabregas étaient déjà titulaires.

Le premier quart d'heure est marseillais. Plus présents dans les duels, les joueurs olympiens se procurent les meilleures occasions. À la 13e minute, Maxime Lopez ouvre logiquement le score. À la retombée devant la surface de réparation sur un coup-franc repoussé plein axe par la défense monégasque, il décoche une belle frappe du coup du pied droit à ras de terre. Sur la trajectoire, Benaglio est coupable d'une faute de main et laisse le ballon terminer sa course dans les filets. Alors qu'au début de l'action, le ballon semblait sorti en touche sur la percussion d'Ocampos qui amène le coup de pied arrêté...

Il faut attendre 24 minutes pour voir la première frappe cadrée monégasque. Prudents en début de rencontre, les joueurs de Thierry Henry ont longtemps laissé le ballon aux locaux avant de refaire surface. Mis en danger sur des centres (11 pour l'OM en 25 minutes), les hommes du Rocher ont bénéficié d'un pressing beaucoup plus lâche - voire inexistant - pour égaliser. Une minute après une tentative de lob superbe sur Mandanda, Tielemans profite d'un bon travail de Golovin sur la gauche et d'une jolie remise de Heinrichs pour remettre les deux équipes à égalité (1-1, 38e).

Pourtant les deux équipes ont eu la balle de break...

Au retour des vestiaires, Golovin manque une énorme occasion que l'ASM pourra regretter ce soir. Sur un contre amorcé par Rony Lopes, Ballo-Touré a de l'espace et déborde. Il glisse un ballon parfait au Russe qui se retrouve face à Mandanda. Il prend la décision de reprendre en une touche et trouve le montant droit du portier marseillais. Il avait le temps d'éliminer Mandanda ou de trouver le cadre...

Mieux organisé, Monaco gagne les duels en pressant haut dans une ambiance très particulière. Les hommes du Rocher sont acclamés à chaque passe par le public marseillais, qui siffle ses joueurs quand ils ont le ballon. Mais à la 70e minute, Thauvin croit délivrer les siens. Strootman pénètre dans la surface monégasque et sert Ocampos au point de penalty qui ne parvient pas à se retourner et est contré par la sortie de Benaglio. Le ballon est repoussé et termine dans les pieds de l'international français qui marque dans le but vide. Mais c'est annulé pour une semelle d'Ocampos sur le gardien monégasque.

Malgré 20 dernières minutes compliquées, les Monégasques ne plieront pas. 1-1, score final. L'OM poursuit sa mauvaise série avec un 8e match sans victoire toutes compétitions confondues - pire série depuis l'ère Deschamps. Après deux qualifications en Coupe de France et en Coupe de la Ligue, Monaco reprend un peu confiance mais reste 19e au classement.

Clément Pons @Ponsclement