L1 Lyon Puel claude portrait 2010
Claude Puel, l'entraîneur de l'OL | AFP

Ligue 1 - Lyon: Puel croit encore au titre

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Lyon, Claude Puel, prend le contre pied de ses détracteurs pour "croire encore au titre de champion de France" et affirme qu'il sera "toujours à l'OL la saison prochaine pour honorer la 4e et dernière année de son contrat". Une nouvelle déclaration qui ressemble à une nouvelle - et ultime - reprise en main du coach sur son groupe et le club. Une manière de remobiliser ses troupes battu à Paris (1-0) lors de la dernière journée de championnat.

"Cela ne dépend que de nous. Il faudra une force de caractère sans faille. Si nous avons cet état d'esprit, nous pourrons être champions", a-t-il commenté  au sujet de la possibilité de gagner le titre dans un entretien accordé au  quotidien régional Le Progrès paru lundi. L'Olympique lyonnais est actuellement 3e du championnat, à sept points du  leader Lille mais avec un match en retard à disputer mercredi à domicile contre  Montpellier. Un succès mercredi les placerait à quatre points du Losc. Ce qui n'est pas un gouffre à six journées de la fin. 

Répondant à une question concernant une éventuelle 3e place, qualificative  pour le tour de barrages de la Ligue des champions, Puel a lâché: "On verra",  indiquant "ne pas penser" à la possibilité de ne pas voir l'OL en C1. "Je reste  dans l'hypothèse haute", a affirmé le technicien. "Quand on voit le match à Paris (perdu 1-0), on sent que nous avons du  potentiel. Je n'ai pas vu en L1 une équipe qui nous était supérieure. Marseille n'est pas extraordinaire dans le jeu mais l'OM est présent dans le money  time, contrairement à nous", a-t-il dit.

Arrivé à Lyon en juin 2008 après le doublé championnat-Coupe de France avec comme entraîneur Alain Perrin, qui n'est resté qu'un an sur les deux prévus, Claude Puel a affirmé qu'il allait "bien sûr",  honorer sa quatrième et dernière année de contrat. "Dans la dernière ligne droite, l'objectif est focalisé sur le titre",  a-t-il insisté.

AFP