PSG
Les Parisiens sont fragiles avant leurs grands rendez-vous en Champions League. | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Ligue 1 : ESTAC – PSG : Troyes a une fenêtre de tir pour abattre Paris

Publié le , modifié le

A l'occasion de la 28e journée de Ligue 1, le PSG se déplace à 17h00, au stade de l’Aube, pour défier Troyes, dernier obstacle sur sa route avant le grand rendez-vous face au Real Madrid mardi en Ligue des champions. Si le fossé est abyssal en termes de niveau entre les deux formations, le timing est peut-être parfait pour l’ESTAC pour créer la sensation. Le staff parisien a pour mission de gérer son effectif, et d’éviter toute nouvelle blessure qui pourrait s’ajouter à celle de Neymar.

La marche est haute pour l’ESTAC, qui reste sur six défaites consécutives en Ligue 1 contre l’ogre parisien, avec 22 buts encaissés, et 2 marqués. Pour retrouver une victoire de l’ESTAC face au PSG il faut remonter au 3 novembre 2002. Mission impossible ? Pas si sûr !

Le  match retour contre le Real est déjà dans toutes les têtes parisiennes. La blessure de Neymar, et son absence qui pourrait se prolonger jusqu’ à la fin de la saison, rajoute à l’atmosphère anxiogène. En première partie de saison, le PSG a connu deux coups d’arrêt en L1 juste avant ses deux rendez-vous face au Bayern Munich en Ligue des Champions, 0-0 à Montpellier fin septembre et défaite 2-1 à Strasbourg en novembre. Même phénomène il y a deux ans, Paris n’était pas parvenu à gagner avant ses deux matchs contre Chelsea en 8e de finale. Si David veut terrasser Goliath, c’est aujourd’ hui !

Paris va avoir du mal à s’engager

Les Parisiens feront tout pour ne pas se blesser, l’impact risque d’être un ton en dessous qu’à l’accoutumé. Le revers à Madrid n’a pourtant pas empêché les parisiens de faire mordre la poussière par deux fois en quatre jours à l’Olympique de Marseille (3-0 dimanche dernier, le même score mercredi). Mercredi, on a vu Kylian Mbappe sortir à la mi-temps pour un coup reçu à la cheville, rien de grave, mais le staff parisien joue la sécurité. Le golden boy parisien devrait encore être préservé contre Troyes.

 

Neymar blessé lors du Classico dimanche dernier.
Neymar blessé lors du Classico dimanche dernier. © AFP

Un effectif fragile mais étoffé

En plus de Kylian Mbappe, Unai Emery devrait largement faire tourner son effectif, et préserver ses cadres. Le retour de Thiago Motta dans le 11 titulaire a semblé libérer le milieu de terrain, et surtout Marco Verratti. « Petit Hibou » a probablement signé sa prestation la plus aboutie de la saison, plus offensif, plus inspiré, rassuré par la présence de son compatriote, avec qui il occupe le milieu parisien depuis plus de 5 ans. D’évidence, l’essence du PSG est là, ces deux hommes qui peuvent se faire dix, quinze passes dans une même phase de jeu sans même se regarder. Si un débat était ouvert pour le poste de sentinelle, il a probablement était refermé mercredi.

En revanche, peu de chance de voir Motta et Verratti alignés dès le coup d’envoi. Si le premier est en manque de rythme et de temps de jeu, le second, au sommet de sa forme mais régulièrement en proie aux blessures sera préservé. Il y a des chances de voir Lo Celso, Diarra, ou Nkunku titulaires. Pareil en attaque, Javier Pastore et Julian Draxler, tous deux en forme, et pas attendu dans le onze de départ face à Madrid, devraient être titularisés.

Les nouvelles sont rassurantes pour Marquinhos et Alphonse Aréola, ils devraient être également préservés, le premier se remet d’une lésion au quadriceps, le second d’une contracture au mollet. Finalement le paradoxe est là, mis à part le séisme causé par l’absence de Neymar, le PSG n’a jamais eu un effectif aussi étoffé avant un rendez-vous crucial en Champions League. Reste à faire en sorte que cela ne change pas ce samedi.

Névil Gagnepain @NevGgp