Eduardo Camavinga
Eduardo Camavinga | AFP

Ligue 1 : Eduardo Camavinga, bientôt 17 ans, français et sélectionnable

Publié le , modifié le

À 17 ans, Eduardo Camavinga vient d'obtenir la nationalité française. Le joueur du Stade Rennais postule à une place dans la liste de l'équipe de France Espoirs.

Une sélection en cadeau d'anniversaire ? La révélation du Stade Rennais, Eduardo Camavinga, vient tout juste d'obtenir la nationalité française et postule pour une place dans la prochaine liste des Espoirs tricolores, livrée jeudi à trois jours de son 17e anniversaire. Une vidéo du milieu rennais chantant la Marseillaise, dans les vestiaires du club, est sortie mardi matin sur les réseaux sociaux, via le compte Instagram de son coéquipier Joris Gnagnon. Le joueur avait discrètement envoyé avant, sur son compte Twitter, une série de drapeaux français, sans commentaire.

Son nom figure dans le décret de naturalisation en date du 31 octobre, publié le 3 novembre au Journal officiel. Étincelant face au Paris SG mi-août en championnat (victoire 2-1), Camavinga a été titularisé lors des onze premières rencontres de championnat, se rendant indispensable comme relayeur ou comme sentinelle au coeur du dispositif de l'entraîneur Julien Stéphan.

Grand et élancé (1m82, 68kg), il est né à Cadinba (Angola) et disposait jusqu'à sa naturalisation d'un passeport congolais. Arrivé en Bretagne à l'âge de deux ans, il a été formé à l'AGL-Drapeau Fougères, un petit club d'Ille-et-Vilaine, et a été recruté par Rennes à l'été 2013.

Sur son compte Twitter, la jeune pépite rennaise, déjà très convoitée par de grands clubs européens, se présente comme un "athlète Nike", avec déjà 23.500 abonnés, contre 4.500 en août. Il est scolarisé en Terminale dans un lycée rennais.

Sylvain Ripoll, le sélectionneur des Espoirs, doit communiquer jeudi une liste de joueurs pour les deux prochains matches de qualification des Bleuets pour le Championnat d'Europe: le 15 novembre à Nancy contre la Géorgie, puis le 19 novembre à Neuchâtel, contre la Suisse.

AFP