Joie de Mbappé avec PSG
Le prodige parisien Kylian Mbappé. | Pascal GUYOT / AFP

Ligue 1 (4e journée) : Le PSG s'en remet encore à Mbappé pour s'imposer à Nîmes

Publié le , modifié le

Quel match de folie ! Après avoir mené 2 à 0, le PSG, trop suffisant, a vu revenir la foudre nîmoise... Revenus à 2-2, les Crocos pensaient avoir fait le plus dur mais encore une fois, c'est Kylian Mbappé qui a surgi pour libérer le Paris Saint-Germain. En toute fin de partie, Edinson Cavani scellait la victoire parisienne (4-2) face à une formation de Nîmes toujours aussi vaillante. Mbappé, auteur d'un mauvais geste, et Savanier, fautif d'une grossière faute sur le jeune champion du monde, ont été exclus...

Le match : Des Crocos affamés, Mbappé surgit... et voit rouge !

Vainqueur au Vélodrome il y a une semaine, Nîmes attendait de pied ferme le champion de France en titre. Et dès les premiers instants, on sent les sudistes plein de détermination, envieux de ne pas trop reculer et d'aller à l'abordage du but parisien. Renaud Ripart alertait une première fois Alphonse Aréola, auteur d'une grande partie aujourd'hui (voir par ailleurs), et auteur de sa première parade de grande classe (25e). Les locaux se montraient intraitables dans les duels, posant énormément de problème aux hommes de Thomas Tuchel, déstabilisés par la fougue adverse, évidemment portée par un Stade des Costières en ébullition.

Mais comme souvent, Paris a pu s'en remettre à ses stars pour sortir la tête de l'eau. Sur une action d'école, en triangle, Thomas Meunier et Kylian Mbappé se trouvent en une-deux à l'entrée de la surface avant que le latéral belge adresse un véritable caviar à Neymar, aux 5m, qui ne laissait pas la moindre chance à Paul Bernardoni (1-0, 36e). Quelques instants plus tard, Angel Di Maria tentait l'improbable sur un corner direct... Et ça marchait enfin ! L'international argentin doublait la mise pour le PSG d'un sublime enroulé, Bernardoni étant fautif sur le coup en n'ayant placé personne au premier poteau (2-0, 40e).

Nîmes renaît de ses cendres

Après la pause, Paris balbutie à nouveau son football... Nîmes en profite dans le même temps pour se remettre dedans. La sortie de Moustapha Diallo aux dépens du novice en Ligue 1, Antonin Bobichon, fait grand bien. Et c'est d'ailleurs le jeune attaquant nîmois qui va sonner la révolte ! Sur un service plein axe de Sada Thioub, Bobichon parvient à trouver la lucarne du portier parisien (1-2, 64e). Le Stade des Costières s'enflamme littéralement et ça n'en finit plus puisque la VAR offre un penalty logique aux locaux, de retour aux affaires... Le capitaine des Crocodiles, Téji Savanier, ne tremble pas devant Areola et égalise contre l'ogre parisien (2-2, 69e). La partie, complètement débridée, n'est pas loin de basculer en faveur de ces incroyables nîmois après la barre transversale de Sofiane Alakouch (74e). La suite est toute aussi étouffante...

Mbappé, le coup de "clim"... Et le coup de sang !

Alors qu'Alphonse Areola sortait à nouveau une sacrée parade (77e), le PSG va une fois de plus s'en remettre à son homme providentiel de ce début de saison. Si Neymar a marqué à chaque journée, c'est bien Kylian Mbappé, champion du monde à 19 ans avec les Bleus cet été, qui porte Paris depuis trois semaines. Aujourd'hui, il a pu compter sur son compatriote et coéquipier en équipe de France, Presnel Kimpembe, pour s'élancer vers le but adverse. À la réception d'une sublime ouverture, la pépite parisienne réalisait une merveille de contrôle avant de filer à pleines cannes et enchaîner sur une frappe imparable sous la barre (3-2, 78e). Le coup de clim' était terrible pour les supporters nîmois. D'autant plus que dans les arrêts de jeu, Edinson Cavani scellait la victoire parisienne (4-2, 90e+2). Malheureusement, cette partie, particulièrement exceptionnelle de bout en bout, se terminait sur une double mauvaise note... Un attentat de Téji Cavanier, et le coup de sang de Kylian Mabppé. Le champion du monde, rouge de colère, écopait logiquement d'un carton rouge pour avoir bousculé le capitaine nîmois qui était également exclu pour son tacle violent. Un ascenseur émotionnel qui aura duré plus de 90 minutes.

La statistique

L'image qui va faire parler...