LFP - Nasser Al-Khelaïfi autorisé à se présenter au Conseil d'administration

LFP - Nasser Al-Khelaïfi autorisé à se présenter au Conseil d'administration

Publié le , modifié le

Le président du Paris SG, Nasser Al-Khelaïfi, a été autorisé mardi soir à se présenter mercredi à un poste au Conseil d'administration de la Ligue de football professionnel, les documents du Qatar qu'il a fournis étant bien des équivalents de casier judiciaire réclamé, a annoncé la LFP.

Nasser Al-Khelaïfi n'était jusqu'ici pas certain de pouvoir se présenter car, selon L'Equipe, le président qatari du PSG n'avait pas fourni à temps son extrait de casier judiciaire B3 pour concourir. Mais la LFP a validé mardi son document qatari présenté ayant "obtenu la confirmation que ce document était bien l'équivalent au Qatar, du bulletin 3 délivré par la France après vérification auprès des autorités compétentes (Ambassade de France au Qatar, ministère de l'Intérieur du Qatar)". "Par ailleurs, à la demande de la LFP, Nasser Al-Khelaïfi a immédiatement sollicité et obtenu un bulletin 3 la semaine passée pour compléter son dossier. La production de ces documents atteste de la bonne foi de la candidature de M. Nasser Al-Khelaïfi", assure la LFP.

Pour le collège des présidents de L1 (8 postes à pourvoir), la LFP a validé les candidatures de Nasser Al-Khelaïfi (Paris SG), Jean-Michel Aulas (Lyon), Saïd Chabane (Angers), Olivier Delcourt (Dijon), Bertrand Desplat (Guingamp), Loïc Féry (Lorient), Jean-François Fortin (Caen), Laurent Nicollin (président délégué de Montpellier), Jean-Pierre Rivère (Nice), René Ruello (Rennes), Olivier Sadran (Toulouse), Michel Seydoux (Lille), Jean-Louis Triaud (Bordeaux) et Vadim Vasilyev (Monaco). La LFP a, en revanche, enregistré le retrait des candidatures de Waldemar Kita (Nantes) et de Cédric Dufoix (membre du directoire de Marseille). L'élection des membres du CA aura lieu mercredi au siège de la Fédération française de football. Président par intérim de la LFP, Jean-Pierre Denis devrait, lui, être confirmé mercredi à la tête de l'instance dans un rôle désormais honorifique.

AFP