L'étrange cas de Tonton Pat' et Mister Evra

L'étrange cas de Tonton Pat' et Mister Evra

Publié le , modifié le

Depuis jeudi soir, le coup de pied de Patrice Evra adressé à un supporter de l'OM à Guimaraes résonne toujours. Le joueur n'a pas joué et une enquête interne a été ouverte. Certains parlent même d'une possible fin de carrière pour le latéral gauche de 36 ans habitué aux polémiques. Evra est pourtant l'un des joueurs français possédant le plus gros palmarès. Plus que jamais, son profil est ambivalent. D'un côté, le Tonton Pat' déconneur d'Instagram, de l'autre, Evra, le fauteur de trouble. Retour sur sa carrière à travers les prismes de ses deux facettes.

Tonton Pat' : adaptation, charisme et trophées

Né à Dakar, d'une mère cap-verdienne, Patrice Evra arrive en Europe à l'âge d'un an. Un père absent, 24 frères et soeurs, pas facile de trouver sa place. Patrice se met au foot aux Ulis puis devient l'ailier gauche du club de Brétigny-sur-Orge. Après des essais non fructueux à Paris et et Rennes, Patrice Evra ne renonce pas . Il part en Italie à l'âge de 17 ans.

Il débute sa carrière professionnelle à Marsala puis à Monza, respectivement en D3 et D2 italiennes. Mais cela lui suffit pour être remarqué par l'OGC Nice, alors en Ligue 2. Evra y attend son heure. Il saisit finalement sa chance le 28 juillet 2001 et la blessure du latéral gauche niçois Thibault Scotto. Son coach, Sandro Salvioni lui demande de reculer d'un cran. Un choix de circonstance qui transforme Patrice Evra. Élu meilleur latéral gauche de deuxième division, il rejoint la Ligue 1 et l'AS Monaco à l'été 2002.

"Il est décrié, critiqué, alors qu'il n'est pas comme on le prétend dans les médias. Pour l'avoir connu personnellement, il n'est pas comme on le dit. Il avait une place importante dans l'équipe. C'était un garçon tranquille, il ne créait pas de problèmes, il rigolait. Deschamps lui avait donné ce rôle important et c'était l'un de nos leaders ", François Modesto (coéquipier à Monaco (2004-2006), dans So Foot).

C'est là que Pat' se révèle. Il atteint la finale de la Ligue des Champions en 2004, année où il est sacré meilleur espoir de Ligue 1 et honore sa première sélection en équipe de France. Ses exploits attirent les regards de gros clubs européens. Il rejoint Manchester United, où il jouera pendant 8 ans, côtoyant Ryan Giggs, Paul Scholes ou encore Wayne Rooney. Dans la fleur de l'âge, il y vit ses plus belles heures avec en point d'orgue une victoire en Ligue des Champions en 2008, venue s'ajouter à 5 titres de champion d'Angleterre. Le 28 février 2010 il devient le second joueur français après Eric Cantona à avoir le privilège de porter le brassard de capitaine à Manchester, lors d'un succès en finale d'une compétition majeure (face à Aston Villa en League Cup).

A 33 ans, Tonton Pat' en veut encore. Il rejoint la Juventus Turin, meilleur club de Serie A. Il y joue sa cinquième finale de Ligue des Champions, compétition où il est systématiquement titulaire. Partout où il passe, Pat s'adapte. Même à Marseille, où il arrive en 2017, on lui confie le brassard de capitaine, signe d'une certaine aura, d'une voix qui porte dans le vestiaire.

Evra a beau avoir la trentaine bien consommée, il s'adapte aussi aux nouvelles tendances et devient le roi d'Instagram. Sur le réseau social, il affiche une image de joueur sympathique et déconneur. Barré en équipe de France par la relève, Patrice Evra pourra quand même se féliciter de son parcours en Bleus, ponctué de 81 sélections, qu'un simple coup de pied ne saura éclipser.

Mister Evra : boulard et polémiques

Les premiers pas dans le football français sont compliqués pour Patrice Evra. A 17 ans, alors ailier gauche, il doit s'exiler en troisième division italienne pour lancer sa carrière professionnelle à Marsala (D3 italienne). Il quitte le club au bout d'un an et rejoint Monza en Serie B. Il n'y dispute que 10 matches, total figé après une brouille avec son entraîneur qui le colle sur le banc. Mais Evra plaît toujours. Nice, alors relégué en D2, le rapatrie en 2000. Mais le joueur est rapidement catalogué comme quelqu'un de prétentieux par ses coéquipiers. Sur le terrain, il doit attendre sa deuxième saison pour devenir titulaire indiscutable.

Monaco l'achète en 2002, et c'est à l'âge 21 ans que Patrice Evra se révèle. Canalisé par Didier Deschamps, il ne supporte pas le départ du désormais sélectionneur de l'équipe de France en 2005 et quitte le Rocher au mercato hivernal, destination Manchester. Evra met six mois à s'adapter. La suite est celle que l'on connaît.

Alors oui, il prend la place de Gabriel Heinze, qui part au Real en 2007. Mais, là s'arrête la concurrence à Manchester. Seul latéral gauche derrière lui? Fabio. Le Brésilien est aujourd'hui un joueur moyen de deuxième division anglaise. En Equipe de France, même configuration. Barré par Abidal, sa concurrence n'est que relative et est assurée par Gaël Clichy, Aly Cissokho et Benoît Trémoulinas. Le désert au poste de latéral gauche chez les Bleus lui a pleinement profité.

Une carrière en Bleus dont il est difficile de tirer des enseignements positifs. Il fait partie de l'équipe éliminée en phases de poule à l'Euro 2008 et d'un Euro 2012 peu ragoutant. Mais Patrice Evra c'est aussi Knysna. Devenu capitaine au début de la coupe du Monde 2010, il fait partie des instigateurs de la grève des joueurs et écope de 5 matches de suspension avec les Bleus.

Ses relations avec les médias sont aussi très problématiques. En octobre 2013, il tacle violemment plusieurs consultants sportifs dont Rolland Courbis ("Tournevis"), Luis Fernandez ("Fernandel") et Pierre Ménès. "S'il arrive à faire huit jongles, j'arrête ma carrière" avait-il déclaré. Le consultant de Canal + les a réalisés il y a belle lurette, et ne peut que se délecter de l'épisode de Guimaraes, qui devrait sonner le glas de la carrière de Patrice Evra.

Andréa La Perna @A_LaPerna