Roberto Soldado
L'attaquant espagnol Roberto Soldado buteur contre l'Uruguay | AFP - DON EMMERT

L'Espagne prend ses marques

Publié le , modifié le

Dans la chaleur de Récife, l'Espagne est entré tranquillement dans la Coupe des Confédérations en remportant sans trembler son premier match contre l'Uruguay (2-1). La Roja a fait le break dans la première demie-heure avant de gérer ses efforts pour s'acclimater aux conditions dans laquelle se déroule la compétition.

Pour leur première sortie, les champions du monde n'ont pas fait durer longtemps le suspense. Dès l'entame, ils multipliaient les occasions, celles-ci se succédant nombreuses sur le but uruguayen, avec notamment un poteau trouvé par Fabregas dès la 10e minute. L'Espagne déroulait son football malgré les huées du public sud-américain. Elle matérialisait par deux fois cette domination. D'abord sur un demi-volée de Pedro déviée par Lugano (20e) puis d'un second but,  signé Soldado, alerté par Fabregas et oublié par la lourde charnière centrale  Lugano-Godin (32e).

Un match ronronnant

Ensuite dans la torpeur du stade, le score semblant acquis, le rythme  chutait tout à coup, malgré une petite réaction d'orgueil des Uruguayens. La seconde période se déroulait sur un terrain de match amical, comme si  les deux équipes se satisfaisaient de ce 2-0, et dans un stade qui ne se  réveillait plus que sporadiquement. L'Uruguay, qui ne s'était créé que peu de véritables occasions sur lesquelles Casillas -préféré à Valdes- était sorti impeccablement, allait pourtant le tirer de son assoupissement en toute fin de match, en réduisant l'écart sur un coup franc direct de Soares bien timide jusqu'alors.

Face à une équipe "Celeste" défensive, l'Espagne a choisi de ne pas en faire trop. Le fait d'avoir rapidement fait le break lui a permis de voir venir et d'assurer un succès logique pour prendre la tête du groupe et s'habituer pour son prochain match à la chaleur de Recife.      

Christian Grégoire