Les trois moments forts de la carrière de Bruno Martini, l'ancien gardien de l'équipe de France

Publié le , modifié le

Auteur·e : Apolline Merle
Bruno Martini
L'entraîneur français Raymond Domenech (à droite) écoute l'entraîneur du gardien de but Bruno Martini (à gauche) lors d'une séance d'entraînement au stade de Cologne à la veille du match France-Togo de la Coupe du monde de football 2006, le 22 juin. | PASCAL PAVANI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'ancien gardien international français Bruno Martini, et actuel directeur adjoint du centre de formation de Montpellier, est décédé ce mardi, à l'âge de 58 ans. Il aura marqué l'histoire du football français en tant que joueur mais aussi comme entraîneur. Retour sur les trois grands moments de sa carrière.

► Joueur emblématique de l'AJ Auxerre 

Bruno Martini a débuté sa carrière en 1981 sous les couleurs de l'AJ Auxerre. C'est avec lui que le Bourguignon se révèle aux yeux du grand public. Avec l'équipe bourguignonne, sous l'autorité de l'emblématique Guy Roux, il a disputé de multiples épopées en Coupe UEFA, et atteint en 1993 les demi-finales avec son club. Mais c'est surtout avec l'AJ Auxerre qu'il remporte sa seule Coupe de France en 1994.

C'est également avec les Bourguignons qu'il marque les esprits avec une des plus longues séries d’invincibilité. Il a en effet tenu sa cage inviolée pendant 892 minutes entre le 17 octobre 1987 et le 20 février 1988. Dans ce petit guide des records, il se place 5e derrière l’ex-Bordelais Gaëtan Huard, qui détient depuis le record avec 1176 minutes. Suivent ensuite l’international nigérien alors au Losc Vincent Enyeama (2e), l'Italien Salvatore Sirigu au PSG (3e) et enfin Jean-Luc Ettori à l'AS Monaco (4e). 

à voir aussi Football : l'ancien gardien de l'équipe de France Bruno Martini est décédé Football : l'ancien gardien de l'équipe de France Bruno Martini est décédé

► Gardien titulaire sous les commandes du sélectionneur Platini

Bruno Martini a aussi marqué de son empreinte le maillot tricolore. Entre 1987 et 1996, il a été sélectionné 31 fois pour porter le maillot bleu. Il avait succédé à Joël Bats, demi-finaliste du Mondial 86 et champion d'Europe. Avec les Bleus, il remporte le Tournoi de France en 1988, ainsi que la Coupe Kirin en 1994 et est demi-finaliste du Championnat d'Europe en 1996. 

Lors des éliminatoires du Championnat d'Europe de football 1992, les Bleus dominent. Lors de cette phase de qualification, l'équipe de France remporte tous ses matchs, une première en Europe. Dans les cages, Bruno Martini, titulaire, excelle et ne laisse filer entre ses doigts que six buts. Participant à toutes les victoires de ces éliminatoires, et en les remportant tous, il est le premier en Europe a réalisé cette performance. Il accroche une autre belle statistique avec l'équipe de France, celle de disputer 19 matchs sans défaite, entre mars 1989 et le 19 février 1992. 

Ces belles années en bleu lui vaudront la distinction du meilleur gardien européen de l'année en 1991. Cette même année, il sera élu étoile d'Or France Football, récompense qu'il avait déjà reçue en 1987. En 1996, il jouera son dernier match avec l'équipe de France. Il passa ensuite le flambeau à Bernard Lama.

► Du joueur à l'entraîneur 

Après son brillant parcours chez les Bleus, Bruno Martini n'a pas raccroché les crampons. Il a en effet commencé une nouvelle carrière, cette fois en tant qu'entraîneur. Il a intégré la Direction technique nationale, où il a dirigé durant plus d'une décennie (1999-2010) les gardiens tricolores au sein des Bleus que ce soit sous la houlette de Roger Lemerre, Jacques Santini ou Raymond Domenech. Lors de ses années en tant qu'entraîneur, les Tricolores ont été finalistes de la Coupe du Monde en 2006, en Allemagne, face à l'Italie.

Dans son palmarès, il y ajoute aussi le titre de champion d'Europe en 2000, ainsi que la Coupe des Confédérations en 2001 et en 2003. Il marqua son passage au sein des Bleus à jamais, car c'est lui qui mis en place la formation d’entraîneur spécifique gardien de but pour le haut niveau en 2002 au sein de la Direction technique nationale de la Fédération française de football.