Les supporters de Ligue 1 fustigent l'idée d'une reprise à huis clos

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Ultras PSG
Les Ultras parisiens le 11 mars 2020. | julien mattia / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ce lundi, 45 groupes de supporters, dont le Collectif ultras Paris, les Ultramarines (Bordeaux) ainsi que la Brigade Loire (Nantes), ont signé une tribune dans laquelle ils se positionnent contre une reprise prématurée des championnats et à huis clos. Ils critiquent aussi fermement "les querelles" des dirigeants en pleine crise du coronavirus.

"Il est urgent d'attendre", ont clamé lundi 45 groupes de supporters de foot français dans un communiqué commun où ils se positionnent contre une reprise des championnats sans spectateurs et fustigent "les querelles" des dirigeants dans la crise provoquée par le coronavirus. "Il n'est pas envisageable que le football reprenne prématurément. Il n'est pas envisageable qu'il reprenne à huis clos. Il reprendra en temps voulu, quand les conditions sanitaires et sociales seront réunies", ont lancé ces associations de fans de clubs de Ligue 1, Ligue 2 et National.

Relayé par l'Association Nationale des Supporters, et cosigné par 45 groupes, parmi lesquels le Collectif ultras Paris (CUP), principal groupe d'ultras du PSG, les Ultramarines (Bordeaux) ainsi que la Brigade Loire (Nantes), ce communiqué appelle les instances du foot français, au point mort à cause du coronavirus, à "penser l'avenir" et à "profiter de ce temps de pause et de confinement pour se repenser""Le football 'coûte que coûte' est un football de honte, qui n'aura aucun lendemain", reprennent ces groupes, critiques envers ce football "devenu un programme télévisuel qui a cru pouvoir se passer de stades pleins, mais qui ne peut surtout pas se passer de l'argent des diffuseurs".

Depuis la suspension du championnat le 13 mars, plusieurs dirigeants y sont en effet allés de leur proposition pour la fin de saison, n'excluant pas pour la plupart une reprise du championnat à huis clos. Les diffuseurs Canal+ et beIN Sports, de leur côté, ont suspendu les versements des droits TV du championnat.

à voir aussi Edito. Ultras ou pas, tous ensemble contre le huis clos  Edito. Ultras ou pas, tous ensemble contre le huis clos 
AFP