Lyon féminine joie Ligue Champions 2011
La joie collective des Lyonnaises | AFP - Glyn Kirk

Les Lyonnaises reines d'Europe

Publié le , modifié le

Après avoir échoué l'an dernier en finale, aux penalties, contre cette même équipe de Potsdam, l'équipe féminine de l'Olympique Lyonnais a pris sa revanche sur les Allemandes en s'imposant (2-0) pour remporter la Ligue des Champions. Un but de la jeune Renard et un de Dickenmann ont offert à Jean-Michel Aulas le sacre européen derrière lequel il court toujours avec les garçons. A quelques semaines de la Coupe du monde féminine en Allemagne, c'est de bon augure.

Si les garçons sont en crise et toujours pas assurés de disputer le tour préliminaire de la Ligue des Champions, les filles ont le sourire, et sont au sommet de cette compétition. Pour la première fois, les joueuses de l'Olympique Lyonnais ont remporté la plus grande épreuve continentale, après avoir souvent frôlé la consécration par le passé, et notamment l'an dernier en finale. Face à Postdam, les Lyonnaises avaient une revanche à prendre, puisque c'est cette équipe qui leur avait barré la route du trophée, au terme d'une séance de tirs au but et d'une dernière tentative échouant sur la barre transversale.

Le début de match laissait penser à un pareil scenario, tant les deux équipes semblaient proches et pas vraiment prêtes à s'exposer de façon inconsidérée. Les championnes d'Europe en titre débutaient un peu mieux, avec notamment une reprise du plat du pied de Kerchowski que détournait du pied la gardienne de l'OL Bouhaddi (5e). Avec Thomis pour déséquilibrer la défense en vitesse, la technique de Schelin et d'Abily, Lyon commençait à se montrer pressant. Et sur un corner frappé au deuxième poteau, Henry remettait de la tête, Schelin voyait sa reprise contrée par la gardienne mais Renard était là pour pousser le ballon dans le but et ouvrir le score (27e, 1-0). La tendance d'une meilleure maitrise lyonnaise s'accentuait, avec cette passe en profondeur dans le dos de la défense pour Schelin, qui heurtait violemment la gardienne adverse, sortie de sa surface (30e). Les deux filles restaient au sol un moment avant de se relever. Et dans le temps additionnel (45e+2), Gomis débordait sur la droite mais, malgré un trois contre trois, n'ajustait pas bien son centre alors qu'elle pouvait également aller au but.

Après la pause, si Thomis perdait son duel avec Sarholz (50e), les Allemandes laissaient passer deux énormes occasions d'égaliser. C'est d'abord Kerchowski, sur un centre en retrait, qui ne parvenait pas à tromper Bouhaddi dont le pied repoussait une nouvelle fois la tentative adverse (62e). Puis, c'est Mittag, auteur de 29 buts en 34 matches de Ligue des Champions, ratait son contrôle alors qu'elle était toute seule à 6m du but, permettant le retour de Renard (64e). La tension montait d'un cran avec cette incapacité des Allemandes à égaliser, les contacts physiques se répétant. Mais logiquement, les filles de Patrice Lair doublaient la mise en toute fin de match, sur un centre au deuxième poteau de Le Sommer pour Dickenmann, entrée en jeu quelques minutes avant, qui de son pied gauche trompait une deuxième fois la gardienne de Postdam (85e, 2-0).

Avec ces deux buts, l'OL remporte sa première Ligue des Champions, la première d'un club français féminin. Une logique pour un club qui vient de remporter pour la 5e fois le titre national. Et avec une équipe composée essentiellement par des joueuses évoluant en équipe de France, cette victoire éclaire l'horizon du foot féminin tricolore. Car dans quelques semaines, l'équipe de France ira en Allemagne pour disputer la Coupe du monde, après des qualifications exceptionnelles.