malouda chelsea inter milan 2009
Florent Malouda (Chelsea) à la lutte avec Esteban Cambiasso (Inter Milan). | AFP - RIOPA

Les Français ont brillé, Malouda a flambé

Publié le , modifié le

Buteur face à Wigan, Florent Malouda s'est de nouveau montré décisif ce week-end avec Chelsea. Des prestations remarquées qui sont de bon augure pour le Français, qui devrait réintégrer la liste de Laurent Blanc, jeudi. Suspendu avec l'équipe de France, Nicolas Anelka a lui aussi été en verve avec les Blues tandis que les Frenchies d'Arsenal (Clichy, Sagna, Diaby) se sont montrés solides. En Allemagne, Ribéry est également reparti du bon pied.

Enfermé dans un bus et muet sur le terrain lors du Mondial, Florent Malouda a retrouvé de sa pétulance en Premier League. Depuis l'ouverture du championnat, l'ancien lyonnais a faim de ballon. Et est insolent… de réussite. Auteur d'un doublé lors de la première journée contre la modeste équipe de West Bromwich (victoire 6-0), Malouda a remis le couvert ce week-end face à Wigan, étripé 6 à 0, en signant son troisième but de la saison. Ce qui lui vaut le droit de partager la tête du classement des buteurs avec Walcott et Drogba.

A l'image de son équipe, Chelsea, l'international tricolore a démarré sa saison sur les chapeaux de roues. Percutants et plein d'allant balle au pied, le Guyannais répond également au défi physique du jeu outre-Manche, et se montre rudement efficace devant les buts. Ses bonnes prestations pourraient alors le voir récompenser d'une nouvelle sélection en équipe de France, un peu plus d'un mois après le fiasco des Bleus en Afrique du Sud. Mais depuis, de l'eau a coulé sous les ponts. Laurent Blanc a pris la tête de la sélection et la sanction collective privant les 23 mondialistes du match amical contre la Norvège a été levée. Le "Blue" de Chelsea fera donc sans doute son apparition dans la liste que dévoilera Blanc, ce jeudi, en vue des rencontres contre la Biélorussie (3 septembre) et la Bosnie-Herzégovine (7 septembre) dans le cadre des éliminatoires de l'Euro. Surtout qu'en l'absence de Ribéry, suspendu, tout comme Gourcuff ou Nasri, blessé, peu de candidats peuvent espérer occuper le poste de milieu gauche. Malouda se présente donc comme incontournable.

Anelka brille avec "ses Bleus"

"Avec Chelsea, de toute façon, je joue en bleu déjà tous les week-end !" avait déclaré Nicolas Anelka à propos de sa suspension en équipe de France. Comme si cela lui suffisait amplement. Et, à vrai dire, on peut le croire. Car avec Chelsea, Nico a revêtu le bleu de chauffe sans problème. Aligné à la pointe de l'attaque avec Drogba, l'entente entre les deux compères est toujours aussi étincelante que l'an passé puisque le Français a, comme Malouda la semaine dernière, fait trembler les filets à deux reprises contre Wigan. Face à la déferlante des Blues, Charles N'Zogbia, convoqué avec l'équipe de France en Norvège, s'est montré impuissant et a coulé, avec le reste de ses coéquipiers. Malgré la défaite de Blackburn contre Birmingham (2-1), le jeune français Steven N'Zonzi (21 ans), a inscrit le seul but pour les Rovers.

L'escouade tricolore d'Arsenal convaincante

Face à Blackpool, équipe promue qui compte notamment dans ses rangs le milieu Eliott Grandin, passé par Marseille, Gaël Clichy et Bakary Sagna ont disputés 90 minutes probantes. En place tactiquement, les deux latéraux tricolores ne se sont pas livrés face à leurs adversaires et se sont montrés autoritaires dans leur duel, apportant quand il le fallait leur soutien offensif. Si Sagna est appelé à retrouver sa place de titulaire sur le flanc droit de la défense française, l'ancien cannois devra prouver sa valeur aux yeux de Laurent Blanc pour occuper le côté gauche. Car à ce poste, la concurrence règne (Cissokho, Trémoulinas, voire Evra une fois sa suspension de 5 matches achevée). Le protégé d'Arsène Wenger ne devra pas manquer sa rencontre face aux Biélorusses. S'il est aligné d'entrée de jeu. Sa convocation en Bleu étant une certitude. Dans l'entrejeu des Gunners, Abou Diaby, a également livré une belle performance face aux Tangerines. Alerte pour annihiler les maigres véhémences offensives de ses adversaires, Diaby a fait parler sa finesse technique et a même porté l'estocade en inscrivant un but dans le large succès d'Arsenal (6-0).

Patrice Evra, en revanche, a toujours des bleus au cœur. Apparemment marqué par sa suspension en équipe de France et encore peut-être, par l'épisode de Knysna, le Mancunien n'était pas dans son assiette dimanche face à Fulham. Pas forcément présent au marquage, Evra n'a pas montré la combativité que l'on lui connaissait sur le rectangle vert londonien. Il s'est même fait enrhumé par Damien Duff (roulette enchaînée d'un petit pont le long de la ligne de touche), qui amena le premier but des Cottagers (2-2 au final).

Ribéry sans souci

Si ça cale pour Evra, Franck Ribéry semble bel et bien avoir remis le contact. Face à Wolfsburg, pour le premier match de la saison, "la mobilette" du Bayern Munich a été très actif et frappé maints fois au but adverse. Mais l'ancien marseillais a surtout fait la différence en délivrant une passe décisive à Bastian Schweinteiger, qui a donné la victoire pour le Bayern (2-1) dans le temps additionnel. A l'issue de la rencontre, le technicien néerlandais a tenu à saluer la performance du Français. "Je suis très content d'avoir vu Ribéry disputer 90 minutes pleines, il a été incroyable", a-t-il déclaré. Pour sa première allemande, Johan Audel n'a pas pu célébrer son premier but sous ses nouvelles couleurs du Vfb Suttgart. Entré à l'heure de jeu, l'ancien Valenciennois a touché beaucoup de ballons… mais n'a pu éviter la défaite de son équipe face à Mayence (2-0).

En Supercoupe d'Italie, Jérémy Ménez a enthousiasmé la presse nationale en dépit de la défaite de l'AS Rome face aux champions intéristes (3-1). Positionné milieu droit par Claudio Ranieri, l'ancien monégasque a allié vitesse d'exécution et technique dans ses gestes, même s'il doit encore gagner en régularité. "S'il devient plus continu et concret, il sera la star de la Serie A", a annoncé la Gazetta dello Sport. Titularisé en défense central aux côtés de Piqué, Eric Abidal a connu un week-end plus heureux que le Romain puisqu'il a soulevé la Supercoupe d'Espagne avec le Barça, vainqueur facile du FC Séville en match retour (4-0).

Par Rayan Ouamara