Thierry Henry disputera son premier match sur le banc de Monaco
Thierry Henry disputera son premier match sur le banc de Monaco | VALERY HACHE / AFP

Les enjeux de la 10e journée de Ligue 1

Publié le , modifié le

Des débuts de Thierry Henry aux retrouvailles entre Neymar et Ganso en passant par le derby entre Nice et Marseille, décryptage des enjeux de cette 10e journée de Ligue 1.

• Le match à suivre : Nice-Marseille

Toujours bouillant, ce derby méditerranéen entre l’OCG Nice et Marseille aura à coup sûr une saveur particulière. Si les enjeux au classement sont différents (Nice est 12e avec 11 points, l’OM 3e avec 16 points), ce choc redonnera vie à l’un des grands feuilletons du dernier mercato estival. Proche de rejoindre la Canebière cet été, Mario Balotelli a finalement choisi de rester sur la Promenade des Anglais et disputera ce derby sous le maillot niçois. S’il est encore loin de son meilleur niveau (0 but en 210 minutes de jeu), Patrick Vieira a assuré cette semaine qu’il espérait pouvoir compter sur Super Mario dimanche soir. "Mario est un joueur très important pour nous. (…) On va l’aider à retrouver son niveau, il doit travailler mais on va lui donner les moyens pour qu’il soit bien contre Marseille". S’il est présent, "Super Mario" pourrait retrouver l’une de ses proies préférées en Ligue 1, avec cinq buts en quatre matches face aux Phocéens. Et confirmer qu’il est bien un homme de grands rendez-vous.

• Le coach à suivre : Thierry Henry

La Ligue 1 n’aura évidemment d’yeux que pour lui. Présenté mercredi au luxueux Yacht Club de Monaco, Thierry Henry fera ses débuts sur le banc monégasque samedi à La Meinau face à Strasbourg. Un baptême du feu loin d’être évident pour l’ancien joueur d’Arsenal, dont la mission à court terme est de redresser un bateau monégasque en perdition avec seulement 6 points en 9 journée."Le moral n'est pas bon, la situation, pas facile. Alors je pense au présent, avec la volonté de sécuriser les joueurs par des concepts de base", a prévenu Henry qui devra bricoler puisque les gardiens Subasic et Benaglio ainsi que Jemerson, Raggi, Pellegri et Rony Lopes sont absents.

• Le joueur à suivre : Nicolas Pépé

C'est un tube de l'été qui s'est rapidement transformé en confirmation. La fusée Nicolas Pépé n'est toujours pas revenue sur Terre, bien calée avec son club Lille sur la deuxième marche du championnat après neuf journées. Élu meilleur joueur du mois de septembre, l'ancien angevin a débuté le mois d'octobre en continuant sur sa lancée, avec un but et une passe décisive face à Saint-Etienne. C'est simple, impliqués dans 10 des 17 buts lillois (6 buts et 4 offrandes), il est le troisième joueur - à égalité avec Lionel Messi et Eden Hazard - le plus décisif dans les cinq grands championnats européens, juste derrière Mbappé et Neymar (11 chacun). Face à Dijon, qui n'a pas gagné depuis quatre matches, l'occasion est belle pour prolonger l'été indien. 

• Les retrouvailles : Neymar et Ganso

Ils étaient tous les deux vus comme les futures stars du football brésilien, à une époque où ils étaient tout juste majeurs et faisaient les beaux jours du club brésilien de Santos. Ils auraient dû régner ensemble sur le football mondial mais s’affrontent samedi avec deux statuts bien différents. L’un est devenu le joueur le plus cher du monde. L’autre a rejoint Amiens cet été dans le but de donner un coup de fouet à une carrière loin des attentes placées en lui. Un PSG-Amiens qui aura donc un petit quelque chose en plus pour Neymar et Ganso, qui s'étaient déjà retrouvés lorsqu'ils évoluaient respectivement à Barcelone et à Séville.

Neymar et Ganso, époque Santos
Neymar et Ganso, époque Santos © YASUYOSHI CHIBA / AFP

• Les absents : grève des chants dans les tribunes

L'Association nationale des supporters (ANS) a annoncé le lancement d'une action commune dans les stades de Ligue 1 lors des deux prochaines journées de Championnat pour dénoncer les abus subis par les supporters et notamment contre le grand nombre d’arrêtés pris pour limiter les déplacements. Au programme : grève des chants et nombreuses banderoles de protestation. "L'objectif de cette action est d'afficher le ras-le-bol général des supporters français en montrant qu'un stade silencieux est ce qui peut arriver de pire au football tel que nous le concevons : festif et populaire", a écrit l'ANS dans un communiqué cette semaine. "Le supporter n'est évidemment pas un criminel, pourtant la question mérite d'être posée. Le terme employé est fort, mais l'est-il suffisamment pour alerter et interpeller le monde du football sur les dérives - notamment sécuritaires - que le supporter endure ?" ajoute-t-elle. Une action qui sera reconduite le week-end prochain.