City - Balotelli - Kompany - 2011
Vincent Kompany (archives) | AFP - ADRIAN DENNIS

Les Citizens calent

Publié le , modifié le

Alors qu'ils dominent de la tête et des épaules le championnat d'Angleterre, les joueurs de Manchester City peinent à faire la différence en Ligue des Champions. Après un nouveau revers contre Naples (2-1) mardi soir, les joueurs de Roberto Mancini n'ont désormais plus leur destin en main. Ils devront s'imposer impérativement contre le Bayern Munich et espérer une contre-performance de Naples face à Villarreal.

Onze victoires et un nul cette saison en Premier League. Deux victoires, un nul et deux défaites en Ligue des Champions. Le bilan de Manchester City en Coupe d'Europe jure avec ses performances en championnat. Un constat des plus décevants pour le club le plus dépensier de l'été avec 93 millions d'euros de déboursés pour s'attacher les services de Sergio Agüero (Atletico Madrid) ou encore de Samir Nasri (Arsenal). City navigue en plein paradoxe.

Résultat : Manchester C. n'a plus qu'un pied en Ligue des Champions. Pour sauver sa tête, le club en bleu et blanc doit impérativement s'imposer dans deux semaines contre le Bayern Munich. Une victoire conjuguée à une défaite ou un match nul des Transalpins de Naples contre Villarreal permettrait de les qualifier. Une mission délicate puisque le club bavarois s'était facilement imposé (2-0) à l'Allianz Arena lors du match aller, fin septembre. Le fait d'être déjà qualifiés, démobilisera t-il les coéquipiers de Franck Ribéry ?

Plus de 20 000 euros de pertes par heure

Un revers en Ligue des Champions serait également un terrible échec financier, pour le club rival de United, qui a enregistré au cours de l'année 2010-2011 un déficit record de 228 millions d'euros. Soit des pertes équivalentes à plus de 20 000 euros par heure ! Si l'aspect financier ne semble pas être une problématique pour le propriétaire du club, le Cheikh Mansour (comme en témoignent les 600 millions d'euros investi dans le club l'été dernier), l'échec récurent dans la plus prestigieuse des coupes pourrait finir par peser. "Nos pertes, que nous avions prévues dans le cadre de notre stratégie d'investissement accélérée, ne se répèteront pas à un tel niveau à l'avenir", a pourtant affirmé récemment Graham Wallace, le directeur d'exploitation. Car malgré de pareils investissements, le club peine à décrocher des titres. Son sacre en FA Cup la saison dernière était le premier depuis 35 ans. Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Vincent Fossiez @VincentFossiez