ballon football pretexte filets 042010
. | AFP-Marcou

Les Bleuets tombent de haut

Publié le , modifié le

Opposés à la Serbie ce jeudi en finale du Championnat d'Europe des moins de 19 ans, les Bleuets, trop timorés, n'ont jamais réussi à imposer leur jeu et s'inclinent logiquement sur la plus petite des marges (0-1). Rageant.

Grosse désillusion pour les Bleuets. Alors qu’ils rêvaient d'imiter leurs aînés, sacrés champions du monde quelques semaines auparavant, les -19 ans de l’équipe de France se sont réveillés trop tard et n’ont pu recoller au score face à une équipe serbe sacrée championne d’Europe pour ce qui constitue le premier titre de son histoire. C’est dur, mais loin d'être immérité.

Difficile de ressortir une action de la première période. Crispés, les Français ne parviennent pas à mettre leur jeu en place et voient leurs offensives buter sur une défense serbe solide. Le match est très fermé et seul Adrien Rabiot surnage côté tricolore. Précieux dans l’entrejeu, la pépite parisienne permet à son équipe de contester la possession de balle à ses adversaires. Esseulé à la pointe de l’attaque, Benzia reste pourtant introuvable.  

En face, les Serbes, comme à leur habitude, ne lésinent pas sur l’engagement physique et prennent peu à peu l’ascendant sur des Bleuets qui ne parviennent plus à conserver le ballon en raison de nombreuses approximations techniques. Mais à l’exception d’une frappe trop croisée de Jean (7e), à laquelle répondait quelques minutes plus tard Mitrovic à 25 mètres (11e), les occasions se font rares, voire inexistantes, et c’est très logiquement que les deux équipes rejoignent les vestiaires sur un score nul et vierge au terme d’un premier acte particulièrement stérile.

Mitrovic brille

Sous la houlette de leur arme fatale Aleksandar Mitrovic, la perle du Partizan Belgrade suivi de très près par Anderlecht, les Serbes vont prendre l’avantage assez rapidement. L’erreur d’appréciation d’Ikoko et Conto va permet à Mitrovic, sacré meilleur joueur du tournoi, de contrôler le long de la ligne des 6 mètres, de feinter une première fois le centre avant d’offrir un caviar à Lukovic qui n’a plus qu’à décroiser du droit pour ouvrir le score (57e).

Piqués au vif par cette ouverture du score, les Bleuets réagissent bien. Sur une frappe enroulée de Hunou (60e), d’abord, puis sur une belle frappe de Benzia aux 20 mètres. Mais par deux fois, Rajkovic, le portier adverse, se met en évidence. La Serbie n’est pas invaincue dans cette compétition par hasard et va le démontrer en faisant preuve d’une solidité à toute épreuve. 

Battus dans l'engagement, les Bleuets peinent à se révolter et ne parviennent toujours pas à trouver leurs attaquants. Dépourvus de solutions, les hommes de Francis Smerecki comprennent que le titre leur échappe. Un dernier coup franc à deux minutes de la fin alimentera l'espoir. Mais la frappe de Benzia est trop enlevée. Trop tendres, les Français échouent donc en finale. Et ce n'est déjà pas si mal. 

 

Victor Patenôtre