Benzia auteur du premier but des Bleus
Benzia auteur d'un doublé | AFP

Les Bleuets l'emportent en Islande

Publié le , modifié le

L'équipe de France Espoirs s'est imposée (4-3) contre l'Islande, lundi soir à Reikjavik, pour le compte des qualifications à l'Euro 2015. Après avoir subi en première période, face à un bloc athlétique, les tricolores sont parvenus à desserrer l'étau défensif, pour faire la différence en fin de match. La France reste invaincue et se positionne favorablement pour se qualifier.

De toutes les couleurs

Après le sérieux affiché jeudi en Arménie, Willy Sagnol pensait que ses joueurs avaient "retenu la leçon" de leur mauvaise entame de match au Belarus où ils avaient dû courir derrière le score dès la 1e minute pour une victoire finalement arrachée (2-1). Il n'en a rien été au Laugardalsvöllur Stadium: encore une fois les Français ont couru derrière le résultat. Ils sont même passés par toutes les couleurs sur la pelouse champêtre de Reikjavik. D'abord par le rouge de colère, en première période après s'être fait piéger en tout début de match sur un coup de pied arrêté d'Ingasson qui trompait Aréola, en retard sur sa sortie. Puis par le Rose, avec leur défenseur de Valenciennes Lindsay Rose, qui égalisait un peu avant la pause, reprenant de la tête un coup franc tiré au cordeau par Florian Thauvin.

Des Bleuets à réaction

Au retour des vestiaires, bis repetita : Areola se faisait bouger sur une sortie quelque peu hasardeuse et Emilson en profitait pour doubler la marque pour des Islandais, surpris de mener à nouveau. Les Espoirs tricolores devaient alors mettre le Bleu... de chauffe pour redresser la barre. Si en première période, ils avaient eu des difficultés pour construire leurs actions, ce n'était plus le cas et ils trouvaient régulièrement des solutions. Benzia renversait la vapeur en marquant un doublé en deux minutes. D'abord d'une déviation de la tête (67e), puis en trompant de près le gardien après un beau service de Martial (69e). Mais les Bleuets, à 3-2, pensaient avoir fait le break, lorsqu'une main dans la surface de Foulquier redonnait l'espoir à l'Islande qui égalisait sur penalty (76e).
C'est finalement une histoire de mains, islandaise cette fois, qui a offert un épilogue heureux à la France, Ntep arrachant la victoire sur un penalty (83e), avant qu'Areola ne se montre enfin décisif en gagnant un face à face en toute fin de match. Les Français s'en sortaient après s'être fait une peur bleue.

Christian Grégoire