L'équipe-type des joueurs nés en 1997 qui devraient pouvoir participer aux Jeux Olympiques

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Issa Diop et Lucas Tousart devraient finalement pouvoir participer aux JO
Issa Diop et Lucas Tousart devraient finalement pouvoir participer aux JO | UWE ANSPACH / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après avoir salué la décision de reporter les Jeux Olympiques à l'été 2021, la Fifa s'est positionnée ce vendredi sur les règles à appliquer pour le tournoi de football. Alors que seuls des joueurs nés au maximum en 1997, plus trois exceptions, devaient pouvoir représenter leur pays aux Jeux de Tokyo cet été, la Fifa a demandé à ce que la règle ne soit pas modifiée pour l'année prochaine. Voici notre équipe-type des joueurs qui devraient pouvoir participer au tournoi olympique grâce à cette dérogation.

Cela devrait être un soulagement pour les nombreux joueurs concernés, qui font partie des seize équipes de football qualifiées pour les JO. Dans un communiqué publié vendredi, la Fifa se dit favorable à ce que soient conservés, pour les Jeux Olympiques qui se dérouleront finalement à l'été 2021, "les critères d'éligibilité prévus initialement, à savoir des joueurs nés le 01/01/1997 ou après, ainsi que trois joueurs supplémentaires." Avec le report des Jeux de Tokyo, la règle en vigueur lors du tournoi olympique de football aurait pu entraîner un décalage d'un an des joueurs éligibles, et tous ceux nés en 1997 auraient pu ne pas participer aux Jeux. Finalement, les critères initiaux devraient être maintenus, pour le grand bonheur des joueurs suivants.

  • Gardien : Paul Bernardoni (né le 18 avril 1997), France

Fort d'une expérience déjà très importante pour un gardien de son âge (84 matches de Ligue 1), Paul Bernardoni (Nîmes Olympique) devrait pouvoir profiter d'un potentiel maintien des critères d'éligibilité prévus pour participer aux Jeux de Tokyo. Le sélectionneur Sylvain Ripoll, qui est chargé de choisir les 23 joueurs pour le tournoi olympique, le connaît bien puisqu'il l'a retenu plus d'une vingtaine de fois chez les Espoirs, avant que Bernardoni ne dépasse la limite d'âge (dans cette catégorie, les joueurs ne doivent pas avoir plus de 22 ans). Reste à savoir si Ripoll cherchera à maintenir une forme de stabilité en lui préférant le Nantais Alban Lafont, titulaire en Espoirs.

  • Arrière central : Gabriel (né le 19 décembre 1997), Brésil

Début mars, alors que les compétitions de football n'étaient pas encore suspendues, Gabriel (LOSC) avait reçu une convocation pour participer à deux rencontres amicales avec l'équipe du Brésil olympique. Le défenseur lillois, qui n'a pas participé au tournoi de qualification pour les Jeux fin janvier - car des rencontres du LOSC se déroulaient au même moment - semblait donc bien parti pour s'envoler en direction de Tokyo cet été. Avec le maintien des règles d'éligibilité, Gabriel pourrait y participer, mais l'année prochaine, s'il parvient à maintenir son niveau de performance avec le LOSC l'an prochain. Et qu'il n'est pas convoqué avec la Seleçao pour la Copa América 2021.

  • Arrière central : Issa Diop (né le 9 janvier 1997), France

Véritable roc en défense centrale, Issa Diop fait le bonheur de West Ham depuis plus d'un an et demi, au point que Manchester United s'est intéressé à lui lors des deux derniers mercato. Sylvain Ripoll pourrait donc être tenté de faire appel à un défenseur aussi réputé mais la concurrence risque d'être rude. Chez les Espoirs, les défenseurs centraux font la queue pour espérer partir aux Jeux : entre Boubacar Kamara, Ibrahima Konaté, Dayot Upamecano, Evan N'Dicka et Dan-Axel Zagadou, le Hammer va devoir lutter pour se faire une place.

  • Arrière droit : Benjamin Henrichs (né le 23 février 1997), Allemagne

Si le latéral droit de l'AS Monaco compte trois sélections avec l'équipe d'Allemagne, sa dernière cape remonte déjà à la Coupe des confédérations de juin 2017. Ses récentes performances ne lui ont pas permis de retrouver la sélection et il semble peu probable qu'il participe à l'Euro 2021. En revanche, Benjamin Henrichs a toutes ses chances pour le tournoi olympique surtout que la Mannschaft Espoirs est peu fournie sur le côté droit de sa défense.

Benjamin Henrichs lors de la Coupe des confédérations 2017
Benjamin Henrichs lors de la Coupe des confédérations 2017 © CHRISTIAN CHARISIUS / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP

  • Arrière gauche : Theo Hernandez (né le 6 octobre 1997), France

Très performant avec l'AC Milan cette saison, Theo Hernandez, petit frère du champion du monde Lucas Hernandez, peut légitimement espérer être convoqué par Sylvain Ripoll pour les Jeux de Tokyo. Mais pour cela, il devra être réellement convainquant auprès du sélectionneur, car le passif entre les deux hommes risque de desservir le latéral gauche. Pour les deux premiers matches de Ripoll à la tête des Espoirs, en juin 2017, Theo Hernandez avait rejeté la convocation du sélectionneur, à l'époque où il hésitait encore à jouer pour l'Espagne. Depuis, le Milanais s'est excusé, invoquant une "erreur de jeunesse". Mais cette justification sera-t-elle suffisante ?

  • Milieu central : Lucas Tousart (né le 29 avril 1997), France

Capitaine des Bleuets lors de la victoire à l'Euro U19 en juillet 2016, Lucas Tousart est passé par plusieurs catégories d'âge des équipes de France. Le milieu lyonnais connaît bien Sylvain Ripoll qui pourrait faire appel à lui pour les Jeux de Tokyo. Pour cela, Tousart se devra de réaliser de bonnes performances afin de rester dans un coin de la tête du sélectionneur, malgré son départ au Hertha Berlin.

  • Milieu central : Bruno Guimaraes (né le 16 novembre 1997), Brésil

Rapidement devenu le chouchou du Groupama Stadium après des débuts réussis à l'Olympique Lyonnais, Bruno Guimaraes a fait partie des joueurs qui ont demandé le maintien des règles d'éligibilité telles qu'elles étaient édictées pour cet été. Car les Jeux sont un objectif important pour le milieu brésilien. En effet, avant de rejoindre Lyon, Bruno Guimaraes a participé, en tant que capitaine, au tournoi de qualification olympique. Seul bémol, si l'on peut le considérer comme tel, le Lyonnais a été sélectionné début mars au sein de l'équipe première du Brésil. S'il venait à multiplier les sélections avec la Seleçao, il pourrait ainsi participer à la Copa América 2021, qui se termine une dizaine de jours avant le début des Jeux de Tokyo.

  • Milieu central : Carlos Soler (né le 2 janvier 1997), Espagne

Grand talent formé à Valence, habitué à jouer sur le côté droit du milieu, Carlos Soler a remporté avec l'équipe d'Espagne le dernier Euro Espoirs, en juin dernier. Déjà très expérimenté - il compte 105 matches de Liga au compteur - Soler pourrait être un atout de poids pour la sélection olympique espagnole et Luis de la Fuente, entraîneur des Espoirs, devrait sûrement faire appel à lui pour compléter son ossature.

  • Ailier droit : Mikel Oyarzabal (né le 21 avril 1997), Espagne

Pour Mikel Oyarzabal, il semble très difficile de dire si sa participation aux Jeux Olympiques est réellement envisageable. Le milieu offensif basque crève l'écran depuis plusieurs saisons maintenant du côté de la Real Sociedad. Convoqué lors des quatre derniers rassemblements de la Roja, Oyarzabal (7 sélections, 2 buts) paraît donc davantage se diriger vers une participation à l'Euro qui aura également lieu à l'été 2021 et se terminera le 11 juillet. Mais comme Kylian Mbappé, peut-être souhaitera-t-il participer aux deux compétitions ?

  • Ailier gauche : Lautaro Martinez (né le 22 août 1997), Argentine

Difficile aussi d'imaginer que lui ne participera pas à la Copa América. Lautaro Martinez compte déjà 17 sélections avec l'Albiceleste et fait partie des tous meilleurs joueurs de Serie A. Pour l'attaquant de l'Inter Milan, l'interrogation réside donc également dans sa capacité à enchaîner une compétition continentale avec des Jeux Olympiques de l'autre côté de la planète.

  • Attaquant de pointe : Gabriel Jesus (né le 3 avril 1997), Brésil

La question est la même pour Gabriel Jesus, encore plus installé en sélection que les deux derniers cités (39 sélections, 18 buts). Mais de cette équipe-type, l'attaquant de Manchester City est le seul à avoir déjà connu un tournoi olympique de football. Et qui plus est à l'avoir gagné ! C'était à domicile, en 2016 lors des Jeux de Rio. Le choix devrait donc être simple pour Jesus : privilégier la Copa América 2021. Sauf que l'attaquant a aussi remporté cette compétition, en 2019, également au Brésil. Avec un tel embarras du choix, proposons lui un défi pour son été 2021 : réaliser un grand chelem en remportant les deux compétitions coup sur coup.

Gabriel Jesus fête, aux côtés de Neymar notamment, la victoire lors des Jeux de Rio en 2016
Gabriel Jesus fête, aux côtés de Neymar notamment, la victoire lors des Jeux de Rio en 2016 © WILTON JUNIOR / ESTADAO CONTEUDO / Agência Estado via AFP