Le retour au pays, un choix risqué pour Neymar et Cie ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Xavier Richard
Neymar et Cavani
Neymar et Cavani sont rentrés au pays | FRANCK FIFE / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Des joueurs multimillionnaires qui rentrent au pays parfois au mépris des consignes sanitaires, l’image a suscité beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux. Un choix souvent familial qui n’est pas sans risque.

Rester ou partir ? Cette question, les footballeurs exilés en Europe se la sont posée. Pour les Sud-Américains, le retour dans leur pays d’origine a majoritairement remporté les suffrages. Les stars du PSG Neymar, Thiago Silva et Edinson Cavani ont choisi ces derniers jours de quitter la France, vers le Brésil pour les deux premiers, vers l'Uruguay pour le troisième. Même décision pour les joueurs de la Juventus Gonzalo Higuain (Argentine) et Douglas Costa (Brésil) qui étaient pourtant à l'isolement volontaire en Italie après l'annonce de cas positifs au virus au sein de l'effectif turinois. Rien à voir avec une envie soudaine de survoler l’Atlantique.

Alors que les compétitions et les entraînements sont suspendus, la crainte pour leur santé et le souhait de vivre cette crise aux côtés de leurs proches a convaincu les intéressés d’utiliser leur billet retour. "La situation est difficile ici (au Brésil) et là-bas (en France)", a expliqué le Parisien Thiago Silva au micro de la chaîne brésilienne SporTV. "Nous savons que ce ne sont pas des vacances. Nous devons être attentifs et prendre conscience de tout ce qui est en train de se passer dans le monde. Nous avons tous peur." 

Son confinement, Thiago Silva l’a organisé en famille à Rio de Janeiro, dans une des villes les plus touchées au Brésil avec Sao Paulo. Neymar a lui opté pour une quarantaine dans sa luxueuse villa de Mangaratiba, dans le sud de l'état de Rio. Quant à Cavani, il a rejoint sa ville natale de Salto via Montevideo où il s’astreint à un confinement volontaire de 14 jours. "Aujourd'hui, je dois rester à la maison, à la campagne (...). Je veux vous saluer, vous embrasser mais aujourd'hui je ne peux pas. Sincèrement, ça paraît tellement bizarre", a commenté "el Matador" dans une vidéo diffusée sur Instagram.

Polémique en Italie

La polémique sur ses retours au pays est surtout née en Italie, foyer principale de l’infection en Europe, où on a reproché aux joueurs de jouer avec le feu. Dans la ligne de mire des réseaux sociaux, le Turinois Gonzalo Higuain qui a transité par la France et l’Espagne avant de pouvoir atterrir à Buenos Aires en Argentine. L'entourage du joueur (32 ans) a fait savoir que ce départ était lié à des problèmes familiaux, à savoir l'état de santé de sa mère. Et la presse italienne a rapporté que l'attaquant de la Juve avait été testé négatif au Covid-19… ce qui a alimenté de plus belle la polémique sur l'opportunité d'avoir fait subir un test à Higuain quand d'autres patients ne peuvent pas en bénéficier faute de moyens matériels. "S'il vous plaît, les Messieurs je-sais-tout, taisez-vous un peu", a réagi Nicolas Higuain, frère du joueur, sur Twitter. "Notre mère souffre d'un cancer depuis quatre ans (...). Nous demandons un peu de respect et de considération."

Quand les polémiques seront éteintes et le Covid-19 maîtrisé, il sera l’heure de revenir en Europe. Pour les joueurs qui n’ont pas de passeport européen pourrait s’ajouter une quarantaine de plusieurs jours. "J'espère que la pandémie ne perturbera pas notre retour" à Paris, a souligné Thiago Silva qui possède, contrairement à Neymar, un passeport français. Pour l'heure, les frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen sont fermées pour un mois, sauf exceptions (ressortissants européens et leur famille, résidents de longue date…). En Italie, les deux Turinois Sami Khedira (Allemagne) et Miralem Pjanic (Luxembourg) risquent une quarantaine de 14 jours à leur retour. Une attente supplémentaire qui pourrait peser lourd dans le sprint final des championnats.

Avec AFP