L'international allemand Khedira
La joie de l'Allemand Khedira pour le Real Madrid | AFP - Javier Soriano

Le Real trop fort pour Lyon

Publié le , modifié le

Lyon n'a pas du tout existé mardi soir sur la pelouse du Real Madrid. Les hommes de Remi Garde se sont ainsi inclinés 4-0, lors de la 3e journée de la Ligue des Champions, comptant pour le groupe D. Karim Benzema, auteur d'un but et d'une passe décisive, a largement contribué à la lourde défaite des Lyonnais. Dans le même temps à Zagreb, l'Ajax Asterdam s'est imposé 2-0.

Benzema de retour et au top...

Juste avant la rencontre, du côté de Lyon, le milieu défensif, Maxime Gonalons, déclarait finalement forfait pour une blessure à une cuisse. Il était remplacé par le jeune Gueïda Fofana alors que Gourcuff était lui titularisé pour la première fois depuis le 1er mai dernier. Le défenseur central Cris prenait place sur le banc. En face, Karim Benzema, qui avait été blessé à l'adducteur de la cuisse gauche, le 27 septembre contre l'Ajax Amsterdam en Ligue des Champions, effectuait sa rentrée.

Les Lyonnais prenaient pourtant le match par le bon "bout". Bien en place, les Bastos, Gourcuff et consort quadrillaient bien le terrain pour gêner les initiatives des hommes de Mourinho. Lyon s'octroyait même la première action dangereuse de la partie. A la 8e minute, sur un centre instantané de Bastos, côté gauche, Jimmy Briand reprenait de la tête au point de pénalty. Un ballon qui flirtait avec le poteau droit de Casillas.

Mais progressivement, le Real imposait sa "patte" sur la rencontre. Et à la 19e minute de jeu, les Espagnols, par l'intermédiaire de Karim Benzema, faisaient mouche à leur première occasion. Suite à un corner de Mesut Ozil et une belle déviation de la tête de Ronaldo, l'attaquant français n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond des filets.

Dix minutes plus tard, Lyon pensait avoir répondu aux locaux. Michel Bastos trouvait Bafétimbi Gomis qui, d'une belle reprise de volée, trompait le gardien espagnol. Mais l'avant-centre lyonnais se trouvait en position de hors jeu. Juste avant la mi-temps, le Real semblait aggraver la marque lorsque sur un coup franc rapidement joué par Xabi Alonso, Benzema trompait encore Lloris, mais l'arbitre turc Cuneyt Cakir refusait le but en arguant du fait que les Madrilènes n'avaient pas attendu son coup de sifflet.

Les "Allemands" font la différence

Une domination confirmée dès le début de la seconde mi-temps. Khedira assommait Lyon à la 47e minute. Benzema, encore lui, débordait côté droit, et centrait astucieusement à l'entrée de la surface de réparation pour une reprise imparable de l'Allemand Khedira. Quelques minutes plus tard, Ozil (55e) inscrivait un 3e but pour les Madrilènes sur une frappe pourtant anodine de l'Allemand mais relâchée dans ses buts par Hugo Lloris.La fin du match ne voyait qu'une équipe sur le terrain. Sergio Ramos, suite à un corner du Brésilien Kaka, disposait de tout son temps dans la surface pour ajuster Lloris (81e) et conclure la punition lyonnaise.

Le Real s'est adjugé sa troisième victoire en trois matches dans la compétition européenne et s'assure cinq points d'avance sur Lyon et sur l'Ajax Amsterdam. Pour cette 9e rencontre en six ans entre les deux équipes, le club rhodanien n'a jamais pu justifier son étiquette de bête noire des Espagnols, qui ont définitivement enterré leur complexe lyonnais.

Rémi Garde (entraîneur de Lyon): "C'était difficile pour l'OL. On s'attendait à une opposition très forte face à un adversaire de très haut niveau au complet contre lequel nous avons encore déploré des absents. Nous n'avions pas l'équilibre que nous pouvions avoir lors des derniers matches. Nous avons beaucoup souffert ce soir. J'avais imaginé le match un peu comme cela, comme je le craignais avec une équipe du Real qui monopolisait le ballon nous obligeant à défendre très bas. Ce qui m'a surpris de la part du Real c'est l'intensité qu'il a mis dans la récupération du ballon. Il faudra être fort et solidaire pour surmonter cette déception. Quand on prend quatre buts, c'est un sérieux revers".
José Mourinho (entraîneur du Real Madrid): "J'essaie toujours d'imaginer le match avant qu'il ne débute. Parfois, l'adversaire me surprend et le match se transforme en un match différend de ce que j'attendais. Ce n'était pas le cas aujourd'hui. Contre Lyon, j'attendais peu d'espaces entre le milieu et la défense et la défense et le gardien de l'OL. Je pensais que Karim Benzema avait le profil pour jouer face à cette opposition. Il est habile dans les combinaisons et il est capable de pénétrer dans les petits espaces. Les premières minutes se sont déroulées avec peu d'espaces pour jouer. Nous avons décidé cette tactique. Les joueurs l'ont bien compris même s'ils veulent tous jouer comme titulaire. L'important c'est le collectif et non le côté individuel. Nous n'aimons pas les débats. L'important est d'avoir gagné".

Gilles Gaillard