Ballon d'Or
L'ancien trophée, le Ballon d'Or FIFA. | AFP - OLIVIER MORIN

Le Real critique Platini et défend Ronaldo pour le Ballon d'Or

Publié le , modifié le

Dans un communiqué publié vendredi, le Real Madrid a exprimé vendredi sa "surprise" face aux déclarations du président de l'UEFA Michel Platini qui s'est prononcé pour que le Ballon d'Or 2014 soit remis à un joueur de l'équipe championne du monde, en l'occurrence l'Allemagne. Le club espagnol précise que " "Le Ballon d'Or est un prix individuel et non collectif qui est remis annuellement au meilleur joueur du monde " et il défend évidemment l'idée que celui-ci soit remis encore une fois à Cristiano Ronaldo, qui l'a déjà remporté deux fois.

"Nous croyons que, pour que le prestige du Ballon d'or se maintienne, ceux qui participent à son élection doivent exclusivement prendre en compte les mérites professionnels individuels des  joueurs", précise le communiqué du Real qu ajoute "Cristiano Ronaldo a fait la meilleure année professionnelle à titre individuel de son histoire, en plus d'avoir remporté la Ligue des Champions, le Soulier d'Or, le record du meilleur buteur d'une édition de la Ligue des Champions ainsi que la Coupe du Roi et le titre de Pichichi de la Liga". Dans la saison en cours, "il a remporté la Supercoupe d'Europe, a marqué deux buts lors de ce match et affiche un bilan spectaculaire de 20 buts lors  des 12 premières journées de Liga, qui confirment sa forme exceptionnelle et qui le rendent, plus que jamais, digne vainqueur du Ballon d'Or", insiste  encore le club madrilène, qui en profite aussi pour tacler Michel Platini, en se disant "surpris par rapport aux manifestations réitérées de ses préférences personnelles, spécialement lorsqu'il s'agit du principal responsable du plus grand organisme du football européen, lequel devrait faire preuve de la plus stricte neutralité".

Cette semaine, Michel Platini avait estimé devant la presse espagnole que le Ballon d'Or remis une année de Mondial de football devait nécessairement revenir à un joueur champion du monde.  "Je l'avais déjà dit il y a quatre ans. Il fallait alors que gagne un Espagnol puisque l'Espagne avait gagné la Coupe du monde. Cette année c'est  l'Allemagne", a déclaré le président de l'UEFA au journal madrilène AS.

Christian Grégoire