Le PSG y est presque, Lyon patine

Le PSG y est presque, Lyon patine

Publié le , modifié le

Le PSG a fait un pas supplémentaire vers son deuxième titre consécutif de champion de France en s'imposant (1-0) devant Evian-Thonon-Gaillard mercredi pour le compte de la 34e journée. Les Parisiens pourraient être sacrés dimanche prochain en cas de succès à Sochaux. Dans l'autre match en retard, Lyon a été tenu en échec à Toulouse (0-0).

Les Parisiens font rarement deux fois la même erreur. Saisis dans l'hiver savoyard en décembre dernier pour la première de leur deux défaites en championnat, pour avoir peut-être trop peu considéré l'ETG, ils n'ont pas, cette fois, laissé leur envie ni leur énergie aux vestiaires. Et malgré tout, cela a bien failli ne pas suffire. Ils ont dû en effet énormément s'employer pour l'emporter à la 89e minute sur un but de Blaise Matuidi, au terme d'une rencontre où ils ont souvent semblé émoussés, notamment au moment de conclure. Quant aux hommes de Pascal Dupraz, pas encore mathématiquement sauvés, ils étaient venus avec de vraies intentions, mais ont été contraints de reculer après le carton rouge contre Abdallah à l'heure de jeu. 

Ce ne fut donc pas un match facile pour le PSG, qui s'est créé trop peu d'occasions : par Rabiot en première mi-temps puis en deuxième période notamment par Lavezzi seul devant Hansen, mais qui perdait son duel avec le portier évianais, puis par Pastore bien dont le tir passait à côté, enfin par Matuidi, entré depuis peu et qui, huit minutes avant son but, manquait une reprise. Les Savoyards avaient plusieurs porté le danger sur le but  parisien, en particulier par Wass, en début de match, enchaînant un coup-franc qui s'écrasait sur la transversale, puis une tête repoussée du poing par Sirigu. 

Ce match sans grande inspiration de part et d'autre se dirigeait vers un partage des points, jusqu'au jaillissement de Matuidi trompant un Hansen peut-être pas assez réactif. Mais de cette victoire pénible, les Parisiens retiendront la victoire qui leur peremet de compter dix points d'avance sur Monaco. Paris y est presque, donc, mais il est temps que ça se termine. Car la bonne volonté des joueurs n'a pas suffi à sortir le match de sa torpeur.

L'OL s'en sort bien

De l'intensité et des occasions, il y en eut aussi bien peu à Toulouse, où Lyon, fatigué après la finale de la  Coupe de la Ligue, a manqué l'occasion de revenir à hauteur de Saint-Etienne, en faisant match nul face à un TFC dominateur mais maladroit (0-0).  Amoindris par les absences, manquant visiblement de  jus, les Lyonnais ont laissé l'initiative du jeu aux Toulousains. Et ceux-ci ont tout fait pour en profiter, lançant plusieurs fois Braithwaithe ou Ben Yedder mais ceux-ci n'ont jamais trouvé la faille. Maladroits mais aussi peu en veine, les Toulousains ont touché deux fois les poteaux. En face, rien ou presque. Deux pétards mouillés de Lacazette et Gonalons. Les Lyonnais ne parvenaient pas à profiter des errements techniques du TFC, qui manquait un grand nombre de passes.   

Toulouse n'a pas été récompensé de sa domination, mais avait trop de déchets dans son jeu pour faire la différence. Quant aux Lyonnais, finalement, même s'ils espéraient peut-être obtenir mieux sur les bords de la Garonne, avec un point pris, ils ne s'en sortent pas si mal. 

Christian Grégoire