Le PSG remporte son 10e Trophée des champions en battant l'OM (2-1) et offre un premier titre à Pochettino

Publié le , modifié le

Auteur·e : Jean-Baptiste Lautier
Mauro Icardi ouvre le score contre l'OM lors du Trophée des Champions

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le PSG a remporté son dixième Trophée des champions en s’imposant ce mercredi contre l’Olympique de Marseille (2-1). Mauro Icardi (39e) et Neymar (86e) ont brillé au Stade Bollaert de Lens et ont permis à Mauricio Pochettino de remporter un premier titre et ce malgré un but de Dimitri Payet (90e) en toute fin de match.

A peine arrivé, déjà récompensé. C’est un beau cadeau qu'ont offert les joueurs parisiens à leur nouvel entraîneur, moins de quinze jours après son arrivée, en remportant pour la dixième fois de leur histoire le Trophée des champions. Dans un match sans extravagance, les hommes de Mauricio Pochettino ont rapidement dominé l’Olympique de Marseille qui, malgré une bien meilleure deuxième période, a manqué de rigueur pour venir renverser la table.

Dans un Stade Bollaert vide, très loin de la fabuleuse ambiance à laquelle on l’associe habituellement, l’entame de match, plutôt équilibrée mais avec du déchet technique, faisait office de round d’observation. Il fallait attendre la vingtième minute pour voir des occasions du côté du but olympien. Premier avertissement à la 22e minute de jeu où Kylian Mbappé était signalé hors-jeu alors qu’il avait offert l’ouverture du score à Mauro Icardi. Deuxième avertissement huit minutes plus tard, toujours par l’intermédiaire de l’attaquant français qui avait gagné son duel contre Steve Mandanda avant d’être une nouvelle fois rattrapé par le drapeau de l’arbitre de touche.

De plus en plus en difficulté en fin de première période, les Marseillais craquaient finalement peu avant la mi-temps (39e). Sur un centre d'Angel Di Maria, Icardi s’élevait plus haut qu’Alvaro Gonzalez pour réaliser une tête plongeante, un temps stoppée par Mandanda, avant de revenir dans les pieds de l’Argentin qui n’avait plus qu'à pousser la balle au fond des filets. La pause permettait aux hommes d’André Villas-Boas de souffler enfin après une nouvelle frayeur et une très grosse frappe du pied gauche d’Icardi qui venait faire trembler la transversale du portier marseillais...

Un sursaut d’orgueil qui n’a pas suffi

Au retour des vestiaires, Florian Thauvin tentait de sonner la révolte (53e) avec un déboulé sur le côté droit et une frappe de son mauvais pied, déviée par Abdou Diallo dans le petit filet du but parisien. Peu de temps après, le défenseur central phocéen Caleta-Car se retrouvait malgré lui à l’entrée de la surface, frappant à ras de terre du gauche (59e), sans réussir à mettre en difficulté Keylor Navas, assez tranquille ce soir. L’OM se montrait alors plus incisif en réussissant à s'immiscer plus souvent dans le camp parisien sans pour autant réussir à revenir au score. L’entrée de Neymar (65e), très rudement marqué au duel par Alvaro, redonnait de l’air aux joueurs de Pochettino et, à cinq minutes du terme (86e), le Brésilien offrait le break au PSG sur un pénalty. Dimitri Payet (90e) redonnait bien espoir au camp marseillais en inscrivant son premier but à l’occasion d’un Classico, mais cet espoir allait vite demeurer vain. 

Grâce à cette victoire, le Paris-Saint-Germain garde la mainmise sur ce Trophée qui leur appartient depuis 2013 et le début de l’ère qatari. Pour Pochettino, ce succès lui permet d’ouvrir son compteur, non seulement avec son nouveau club, mais également en carrière, lui qui ne possédait jusque là aucun titre à son palmarès d'entraîneur.