Thiago Motta, Trophée des Champions, PSG, Unai Emery
Thiago Motta et le PSG ont remporté le Trophée des Champions joué à Klagenfurt, face à Lyon (4-1). | SAMUEL KUBANI - AFP

Le PSG remporte le Trophée des Champions face à Lyon

Publié le , modifié le

Le premier match officiel d'Unai Emery à la tête du PSG s'est fini sur une victoire imparable et un titre. Le Paris Saint-Germain a écrasé l'OL (4-1) avec facilité et maîtrise. La Ligue 1 et ses concurrents sont prévenus.

Alors qu’on s’attendait à une rencontre serrée, il n’y a pas eu photo. Le Paris Saint-Germain, pour la première officielle d’Unai Emery sur son banc, a infligé une lourde défaite à son dauphin du dernier championnat. Tant sur l’ampleur du score que dans les intentions de jeu. Aux Parisiens, les idées claires, faites de jeu court, en triangle, rapide et vers l’avant, à Lyon les pieds tremblants, les déchets techniques et le manque d’idées. Et tout est allé très vite.
Alors que les Lyonnais ont ouvert le score par Nabil Fekir (4e) après une bourde de Kevin Trapp, préféré à Alfonse Aérola qui semblait avoir arraché la préférence d’Emery pendant la préparation, qui a relâché le ballon dans les pieds de l’attaquant international, les Parisiens ont enchaîné les buts. D’abord, par Javier Pastore, nouveau n°10 du PSG, d’une volée plat du pied sur un centre de Layvin Kurzawa (9e), préféré à Maxwell dans le couloir gauche de la défense des quadruples champions de France. Intenable tout au long de ce 21e Trophée des Champions délocalisé à Klagenkurt (Autriche), Angel Di Maria lancé par Thiago Motta dans la profondeur, a l’inspiration géniale de tenter un lob à 50 mètres. Avancé, Anthony Lopes enclenche le recule-frein au sprint et repousse du bout des gants la frappe du gaucher argentin.

PSG et OL, co-recordmen de l’épreuve
Le coup d’après parisien (19e), le champion d’Europe est moins inspiré. Attentiste sur un centre de Pastore, Lopes ne sort pas, ni sur le centre, ni sur le cafouillage entre ses défenseurs. Lucas Moura lui se jette et double la mise. Di Maria, dans tous les bons coups, sert le caviar à Hatem Ben Arfa, seul au point de penalty. L’avant-centre d’un soir fait le geste qui faut : contrôle pour se lever la balle, reprise du gauche laser dans la lucarne. 3-0 aux citrons, le match est déjà plié. Le PSG, plutôt facile au long de cette première période, a fait forte impression. Pourtant, les Parisiens étaient affaiblis. Edinson Cavani et Thiago Silva blessés, Rabiot et Krychowiak suspendus, Emery faisait sans trois titulaires potentiels. Les joueurs de Bruno Génesio, qui avaient remporté la dernière confrontation entre les deux clubs (2-1) en février dernier, n’ont pas frappé au but avant la 58e minute de jeu. Parti de son aile gauche, Maxwell Cornet dribble Stambouli, rentre dans l’axe et frappe à la recherche de la lucarne opposée. Et fait briller Kevin Trapp qui se détend et sauve en corner.
Entre-temps, le score s’était alourdi d’un but de Layvin Kurzawa (54e), servi par Javier Pastore après un coup franc joué fissa, qui ajuste de près Lopes d’un plat du pied-petit filet imparable. L’ulcère de Bruno Genesio et de Jean-Michel Aulas peut aller se rasseoir sur leur banc respectif. Peut-être a-t-il été atténué par la tête de Florian Tolisso qui a profité d’une défense élastique de Presnel Kimpembe qui croyait le futur-ex joueur de Naples hors-jeu, pour réduire le score (4-1).
Le PSG remporte son septième Trophée des Champions et égale les Lyonnais, recordmen de l’épreuve. Le club de la capitale, qui n'a laissé à la concurrence qu'un seul titre national depuis 2013, a donc la possibilité de signer un historique troisième quadruplé d'affilée.

Ioris Queyroi