Jérémy Menez PSG
Jérémy Menez (PSG) | FRANCK FIFE / AFP

Le PSG à l'heure du rachat

Publié le , modifié le

Battus au Parc par Saint-Etienne après une piètre prestation samedi (1-2), les Parisiens espèrent oublier leur déboires domestiques face au Dinamo Zagreb lors de la 4e journée de la Ligue des Champions. Vainqueurs 2-0 en Croatie au match aller, les partenaires de Menez n'ont pas le droit à l'erreur. Dans l'autre match de ce Groupe A,

Ils ont tendu une joue face à Saint-Etienne, ils ne comptent pas présenter l'autre contre Zagreb. Conscients des largesses concédées aux Verts, les Parisiens ont réglé leur pendule à l'heure du rachat. A charge pour eux de faire oublier la désagréable impression laissée au Parc des Princes samedi, où l'équipe a littéralement semblé coupée en deux, et où les joueurs ont joué en marchant. Suffisance ou coup de pompe physique ? Carlo Ancelotti défend la seconde thèse : "On a dépensé beaucoup d’énergie mercredi contre Marseille (Ndlr : victoire 2-0 du PSG). C’est peut-être ce qui explique que l’on ait manqué de fraîcheur. On est déçus évidemment, mais on doit regarder vers l’avant et le prochain match en Champions League". A l'heure actuelle, le club de la capitale pointe à à trois longueurs de Porto qui peut se qualifier pour les huitièmes de finale s'il bat le Dynamo Kiev. En cas de succès portugais et de victoire face à Zagreb, le PSG entreverrait lui aussi la deuxième phase de la compétition. Mais, avant de l'envisager, il faudra chasser les doutes.

Ibrahimovic, la réaction d'orgueil ?

Dans ces conditions, et sachant qu'il ne faudrait pas plus qu'une autre contre-performance pour que la sempiternelle "crise de novembre" revienne hanter le Camp des Loges comme presque tous les ans, la réception du Dinamo Zagreb s'apparente à une aubaine. Car les Croates, déjà surclassés au match aller (0-2), sont presque d'ores et déjà éliminés de la compétition après trois défaites en autant de matchs. Tout le danger, pour le PSG, sera de ne pas les prendre de haut pour autant. D'autant que l'entraîneur du Dinamo Zagreb Ante Cacic assure que ses joueurs ne sont pas venus en victimes expiatoires : ""Bien sûr, nous ne sommes pas favoris. Le PSG est un vivier de grands talents, on l'a vu à l'aller à Zagreb (victoire 2-0 du PSG). Mais nous ne sommes pas venus en touristes, on va donner le maximum pour réaliser un exploit. Si tout le monde se donne à 100%, on peut faire quelque chose de bien, juge le technicien croate. Aucune équipe n'attaque contre nous dans le championnat croate, elles ont peur. On survole le championnat, alors nous ne sommes pas habitués à défendre. C'est notre handicap."

Afin d'injecter du sang neuf à un onze qui a semblé en manquer contre l'ASSE, Ancelotti pourra peut-être compter sur Thiago Motta, toujours convalescent, mais rien n'est moins sûr. Les retours dans l'effectif du Brésilien Nenê, remis d'une blessure à la pommette, et de l'Argentin Lavezzi, qui ne se ressent plus des ses adducteurs douloureux, sont en revanche plus envisageables. Reste une question en suspens : dans quel état d'esprit se présentera Zlatan Ibrahimovic après son expulsion face à Saint-Etienne ? Le géant suédois, auteur d'un coup de "kung fu" sur le gardien stéphanois, a connu un premier accroc de taille dans sa carrière parisienne. Cette fois, troquera-t-il son kimono contre le costume du buteur ?

Voir la video

Voir la video

Julien Lamotte