Zlatan Ibrahimovic (PSG)
Zlatan Ibrahimovic (PSG) échappe à un défenseur d'Anderlecht | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Le PSG devra patienter

Publié le , modifié le

Quinze jours après avoir réussi un festival en Belgique, le PSG n'a pu faire mieux qu'un petit nul (1-1) lors de son match retour contre Anderlecht mardi au Parc des Princes, lors de la 4e journée de Ligue des Champions. Même s'ils ont fait un grand pas vers les 8e de finale, les Parisiens ne sont pas encore officiellement qualifiés et devront encore patienter. Dans ce même groupe C, l'Olympiakos a conforté sa 2e place en battant le Benfica 1-0.

Ont-ils fait preuve de suffisance ? Ont-ils pris ce match un peu à la légère ? Toujours est-il que les Parisiens qui rêvaient de feu d'artifice le jour du 21e anniversaire de Verratti, n'ont pas fait beaucoup d'étincelles. Maladroits, mal inspirés, ne parvenant pas à se trouver sur des actions à une touche de balle, et surtout trop lents dans l'exécution, les hommes de Blanc ont joué une partition qui n'avait rien d'un chef d'oeuvre. S'ils ont eu l'essentiel de la possession, s'ils ont dominé les débats face à des Belges solides en défense, ils ont manqué de rythme et d'engagement.

Paris Sans Génie

Après une première période calamiteuse, au cours de laquelle ils n'ont pas cadré un seul tir, les Parisiens se sont contentés de faire tourner le ballon, sans mettre beaucoup d'impact. La deuxième mi-temps fut un peu mieux mais, Anderlecht, jouant avec ses moyens a eu le mérite de jouer crânement sa chance sur ses ballons de récupération. C'est ainsi que sur un contre rondement mené, et une action parfaitement exécuté, De Zeeuw trompait Sirigu et jetait un froid sur le Parc des Princes (68e).

Le doute était toutefois de courte durée et la réaction immédiate. Dans la foulée, une belle ouverture de Lavezzi trouvait Matuidi qui servait idéalement Zlatan Ibrahimovic. Après une première frappe sur le poteau, le  Suédois remettait les deux équipes à égalité (70e), sans toutefois réussir à faire complètement basculer le match. Anderlecht était contraint de jouer les dernières minutes à dix après l'expulsion de Sacha Kljestan (82e) mais le PSG n'en profitait pas.

Si le PSG reste invaincu et leader tranquille du groupe, virtuellement qualifié, avec ce mauvais résultat à domicile, il ne peut toutefois pas faire l'impasse sur les prochains rendez-vous européens et sera obliger de valider son billet lors des deux dernières journées de la phase de groupe, contre l'Olympiakos en novembre puis contre le Benfica Lisbonne en décembre.

Vidéo: la réaction de Blanc après le match

 

Christian Grégoire