Jérémy Menez - Dane Richards
Jérémy Menez (PSG) et Dane Richards (New York Red Bulls) | AFP - IAN KINGTON

Le PSG battu par New York

Publié le , modifié le

Le Paris SG, réjouissant en milieu de semaine contre la Roma et Innsbruck, n'a pu poursuivre dans cette voie samedi à Londres contre New York Red Bulls (0-1) lors de l'Emirates Cup avec une équipe hybride qui s'est contentée de travailler les automatismes et l'intégration des recrues.

Apparu vendredi soucieux de ne pas trop perdre de temps avant la reprise du  championnat, l'entraîneur Kombouaré, avant le 2e match dimanche contre Boca  Juniors, avait pourtant bizarrement choisi de diluer quatre de ses nouveaux  joueurs (Sirigu, Bisevac, Matuidi et Menez) dans un bain de jeunesse (Landre,  Bahebeck). Malgré les premiers pas du gardien italien, sans qu'il soit d'ailleurs  possible de situer son niveau puisqu'il n'a pas été très sollicité,  l'équipe-type, qui attend encore Pastore, n'aura donc pas eu l'occasion de  commencer un match ensemble avant la rencontre contre Lorient samedi en L1.

Pas vraiment inquiétés par des New Yorkais qui avaient laissé Henry sur le  banc mais ont fait entrer le petit frère du Mancunien Rooney (81) pour  réveiller les fans d'Arsenal, les Parisiens ont toutefois été piégés par une  équipe en plein championnat qui a su profiter d'une déconcentration de Jallet  en défense pour placer une accélération conclue par Lindpere (27). Avant de se montrer plus entreprenants en 2e période mais toujours aussi  imprécis que l'an passé en attaque, les joueurs de Kombouaré avaient une  nouvelle fois commencé par manquer de conviction offensive. Et au milieu, Matuidi, brouillon, s'est trouvé un peu esseulé puisque  Bodmer a préféré peaufiner son entente avec Erding. S'il en a résulté quelques  occasions franches et tirs, aucun cependant n'a réussi à accrocher le cadre.  Derrière, Bisevac et Sakho semblent déjà au point sur les duels mais les  espaces au milieu les ont obligés à s'employer plus de que raison. Intéressant mardi, Menez a pour sa part distillé avec parcimonie son talent  et son sens de la provocation même si, plus incisif en 2e période, il semble  peu à peu retrouver de la densité physique et se mettre au niveau du reste de  l'équipe. Tout le contraire de Luyindula, pourtant attendu au tournant par Kombouaré  qui ne compte plus sur lui mais avait choisi de le titulariser. Insipide en 1re  période, l'ex-international français a trouvé le moyen de faire pire ensuite.  Un comble qui le rapproche grandement d'une saison galère, ici ou ailleurs.

Les réactions :
Antoine Kombouaré (entraîneur du Paris SG):  "Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives sur un match. On a besoin de  bosser. Il y a des joueurs qui manquent de travail athlétique, qui sont arrivés  tard. Ces matches servent à leur donner du temps de jeu. On est bien entré mais  on a eu 20 minutes de flottement pendant lesquelles on a eu du mal à récupérer  les ballons et ils ont marqué. Ensuite, on a repris le contrôle du match et  archi-dominé cet adversaire qui a bien défendu, parfois avec un peu de  réussite. Certains automatismes se mettent en place. L'autre satisfaction,  c'est qu'il n'y a pas de blessé. Pour moi, Erding est au PSG. Je compte sur  lui. J'ai vu la paire Sakho-Bisevac, Jallet-Menez sur le côté droit. Il y a eu  des associations. Ces matches servent à essayer des formules. Menez entame sa  troisième semaine avec nous. Il faut être très vigilant, attentif avec lui.  L'objectif était qu'il monte en puissance. Forcément j'avais pensé à mettre mon  équipe-type mais j'ai voulu équilibrer le groupe pour sa cohésion".
      
Hans Backe (entraîneur de New York): "On a très bien joué en 1re période et  ensuite on a défendu, défendu en 2e. Pour une équipe américaine, c'est un très  bon résultat contre une telle équipe française. Au début, j'avais un peu peur,  mais finalement ça s'est bien passé aujourd'hui. J'espère que ce sera pareil  demain contre Arsenal. Henry et Marquez joueront. Demain, si on est autant en  forme qu'aujourd'hui, on peut avoir notre chance contre Arsenal et leur poser  quelques problèmes".      

AFP