La conférence de presse d'Europol
La conférence de presse d'Europol dénonçant des truquages présumés sur 380 matches de football | DR

Le plus grand scandale de matches truqués mis au jour

Publié le , modifié le

Europol a sans doute mis au jour le plus grand trafic de matches de football de l'Histoire. Selon l'Office européen de police, 425 arbitres, dirigeants de clubs et joueurs de 15 nationalités différentes auraient pris part au truquage de 380 matches en Europe et 300 autres dans le reste du monde entre 2008 et 2011, dont des rencontres de Ligue des Champions (2) ou de qualification pour la Coupe du monde. 8 millions d'euros de profits auraient été réalisés. Les principaux championnats concernés sont ceux d'Allemagne, de Turquie et de Suisse.

Après les affaires de matches truqués en Turquie, en Italie, après les affirmations de France Football la semaine dernière concernant la désignation du Qatar comme organisateur du Mondial-2022, le football mondial semble encore dans l'oeil du cyclone. Lors d'une conférence de presse, le directeur général d'Europol, Rob Wainwright, a dévoilé qu'une enquête de ses services avait permis de révéler qu'une réseau criminel, basé en Asie mais avec des complicités en Europe, est soupçonné d'avoir truqué 380 matches, et que 425 arbitres, dirigeants de clubs et joueurs provenant de 15 pays, sont soupçonnés d'y avoir pris part, entre 2008 et 2011. "Il nous semble clair qu'il s'agit de la plus grande enquête de tous les  temps sur des matches truqués présumés", a déclaré Wainwright. Cette conférence de presse avait été annoncée voici une semaine, et il semble qu'elle tienne ses promesses. Europol a dénombré 380 matches truqués en Europe et 300 autres en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

8 millions d'euros de bénéfices

Un enquêteur allemand, Freidhelm Althans, a expliqué que le réseau employait des "courriers" transportant des enveloppes pouvant contenir jusqu'à 100.000 euros par match, qui servaient à rémunérer joueurs et arbitres. "Nous avons réuni des preuves dans 150 cas", a-t-il précisé. Des complices prenaient ensuite des paris sur internet ou par téléphone avec des bookmakers en Asie, où sont acceptés des paris qui seraient illégaux en Europe. "Un match truqué pouvait impliquer jusqu'à 50 suspects dans dix pays sur différents continents", a déclaré Freidhelm Althans. "Même deux matches éliminatoires de Coupe du monde en Afrique, et un en Amérique centrale, sont suspects". La combine, mise à jour grâce à l'analyse notamment de plus de 13 000 e-mails, porterait sur une somme avoisinant les huit millions d'euros de profit, pour 16 millions d'euros misés. En janvier, Interpol avait mis en garde le monde du football sur le fait  que la corruption en son sein aide à financer d'autres activités criminelles  comme la prostitution ou le trafic de drogues.

Des investigations encore en cours

Des rencontres de championnat auraient fait l'objet de ces truquages, mais aussi des matches de Ligue des Champions, au nombre de deux mais dont l'un a eu lieu en Angleterre, et même de qualifications pour la Coupe du monde. Europol a notamment montré lors de la conférence de presse, une rencontre  internationale des moins de 20 ans entre l'Argentine et la Bolivie lors de laquelle un arbitre hongrois accorde un penalty plus que litigieux en faveur de l'Argentine. Ce n'est pas la première fois que de telles révélations sont faites dans le milieu du football. Cela avait déjà notamment concerné un match de qualification pour l'Euro-2008, aboutissant à la suspension pour dix ans d'un joueur maltais. En revanche, de part son ampleur, elle pourrait être la plus grande. La plupart des matches truqués ont été joués dans les championnats turcs, allemands et suisses. Le but du trucage était de gagner d'importantes sommes d'argent grâce à des paris sportifs. 

L'UEFA dans l'attente de précisions

Concerné au premier chef, l'UEFA a réagi dans un communiqué à ces révélations: "L'UEFA a pris connaissance des déclarations d'Europol sur de présumés  matches arrangés qui ont eu lieu dans différentes compétitions et s'attend à  recevoir plus d'informations dans les jours à venir. Une fois que les détails de ces investigations seront entre les mains de l'UEFA, ils seront transmis aux  instances disciplinaires compétentes afin que les mesures adéquates soient  prises. Comme acteur de la lutte contre ce fléau, l'UEFA coopère déjà avec les autorités sur ces questions dans le cadre de son programme de 'tolérance zéro'  vis à vis des matches arrangés dans notre sport".

Les enquêteurs ont refusé de dévoiler le moindre nom de joueur ou de club tant que les investigations ne seront pas achevées. L'enquête a été menée par les autorités allemandes, finlandaises,  hongroises, autrichiennes et slovènes en collaboration avec Europol et a été  soutenue par huit autres pays européens. Quatorze suspects ont déjà été  condamnés, pour un total de 39 ans de prison, mais une centaine d'autres doivent encore comparaître.

Video : 680 matches truqués

Voir la video

Vidéo : les révélations d'Europol par Rob Wainwright (VO)

Voir la video