Le mythique stade de San Siro va être démoli

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Le mythique stade milanais de San Siro pourrait être détruit dans les années à venir
Le mythique stade milanais de San Siro pourrait être détruit dans les années à venir | Frank Fell / Robert Harding Premium / robertharding

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Peu avant la validation de la candidature de Milan-Cortina à l'organisation des JO d'hiver 2026, le président de l'AC Milan Paolo Scaroni a confirmé ce que les tifosi milanais redoutaient : leur antre de San Siro, qu'ils partagent depuis 1947, va être détruit. Un nouveau stade, opérationnel vers 2025, sera reconstruit à proximité, alors que de nouvelles constructions verront le jour à l'emplacement de l'actuel stade.

à voir aussi Les Jeux olympiques d'hiver 2026 attribués à Milan/Cortina Les Jeux olympiques d'hiver 2026 attribués à Milan/Cortina

Ses tours de béton en spirale iconiques, son air de vaisseau en position stationnaire dans la banlieue milanaise et son toit ouvert ne seront bientôt plus que poussière. Le stade Giuseppe-Meazza, communément appelé San Siro, va être détruit.

La rumeur enflait, la contestation grondait, la crainte s'est avérée vraie. Paolo Scarino l'a annoncé à Lausanne (Suisse) lundi : l'antre mythique du Milan AC et de l'Inter Milan va être rasée pour être reconstruite un peu plus loin, dans le cadre des préparations aux Jeux Olympiques d'hiver 2026, attribués lundi à Milan-Cortina.

"Nous allons réaliser un nouveau San Siro proche de l'ancien, dans la même aire de construction. Le vieux stade sera détruit et à la place, il y aura de nouvelles constructions.". Une décision prise en accord avec l'administrateur délégué des Nerazzurri, Alessandro Antonello, mais qui a cristallisé la colère des tifosi, qui avaient fait une pétition pour empêcher la funeste rumeur de voir le jour. En vain.

Paolo Condo, journaliste à La Gazzetta dello Sport, avait confié en mars son désarroi à l'idée d'une destruction. "Je suis contre ce projet de destruction, il ne faut pas démolir San Siro. Je ne pourrais jamais le comprendre. C'est un stade avec une identité unique et magnifique en Italie, meilleure encore que celle de l'Olimpico de Rome (...) Son histoire, c'est l'histoire du football milanais. Et c'est l'un des temples du football".

Maigre consolation : le maire de Milan Giuseppe Sala, a pris position dans le dossier. Il explique le stade actuel accueillera bien la cérémonie d'ouverture, comme prévu initialement. "Dans notre dossier, nous garantissons que San Siro continuera à fonctionner en 2026. Si nous voulons aménager un nouveau stade, nous déciderons de son sort. Pour le moment, les choses se passeraient ainsi : en 2026, ce serait le lieu de la cérémonie d’ouverture des Jeux ".

De quoi donner un peu d'espoir aux tifosi ? "La municipalité de Milan est propriétaire du stade et nous avons un contrat à long terme avec les deux équipes. S’ils décident l’année prochaine de construire un nouveau stade, cela prendra quand même un peu de temps."

Une page d'histoire s'éteint

San Siro détruit, c'est un des stades les plus historiques de l'histoire du football qui s'en va. C'est une immense page du football italien et européen qui se tourne également. Résidence du Milan AC 1926, elle accueillait depuis 1947 en alternance son voisin interiste.

Ses joutes européennes des années 1990 et 2000, ses derbys enflammés et son ambiance presque romantique en avaient fait un symbole de la vivacité du football italien, mais aussi la vitrine de sa passion pour ce sport.

La nouvelle enceinte, qui devrait voir le jour à l’horizon 2025 pour un coût d’environ 600 millions d’euros, selon la presse transalpine, sera à coup sûr une version améliorée et modernisée de Giuseppe-Meazza. Mais, à l'instar du stade d'Highbury, devenue Emirates Stadium, un pan d'histoire s'évaporera à la construction, pourtant toute proche, du nouveau stade.