Les tribunes du MMArena (Le Mans)
Le MMArena (Le Mans) | Xavier Richard

Le Mans dégringole chez les amateurs

Publié le , modifié le

La belle aventure professionnelle du Mans FC s'est sans doute terminée mardi avec la confirmation de sa rétrogadation par la Fédération française de football. Dans un premier temps rétrogradé administrativement en CFA, le club sarthois, 18e de L2 en mai dernier, avait fait appel de cette décision. Mal lui en a pris, car au vu des éléments fournis à l'appui de cet appel, la commission ad hoc de la Fédération a décidé de l'exclure des championnats nationaux et de le remettre à disposition de la Ligue du Maine, ce qui signifie qu'il évoluera donc au mieux en division d'honneur (DH) la saison prochaine. Dernier recours possible: saisir le CNOSF.

"C'est un gouffre financier et il n'y a aucune visibilité sur le futur. L'an passé, le club avait déjà fait certaines promesse qui n'ont finalement pas été tenues", a précisé une source proche du dossier.

Le  Mans  Football Club, descendu sportivement en National à l'issue de la saison dernière, qui avait dans un premier temps été relégué en CFA par décision de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) en raison de ses déboires financiers, devait apporter pour cette appel la confirmation des financements sollicités pour réaliser sa consolidation financière et assurer sa pérennité., avait-il indiqué dans un communiqué. Pour éviter le dépôt de bilan, le club du Mans, qui accusait le 30 juin un passif de 14,4 millions d'euros, avait obtenu la désignation d'un conciliateur par le tribunal de commerce du Mans, et souhaitait mettre en oeuvre un "plan de consolidation".

Des garanties insuffisantes

Le club estimait pouvoir surmonter ses dettes à la condition, entre autres, que ses créanciers - dont le fisc, l'Urssaf et des banques - consentent un abattement de 30%, mais aussi via de nouveaux apports financiers et la vente de joueurs. Le club espérait aussi un geste des collectivités locales. Apparemment, toutes ces garanties n'ont pas été possibles ou ne sont pas apparu suffisantes même si sans doute la municipalité a tout tenté car, dotée du premier stade français construit en partenariat public-privé, le MMArena, un projet pharaonesque lancé alors que le FC évoluait en Ligue 1, la ville du Mans savait qu'elle risquait de devoir payer jusqu'à 44 millions d'euros à l'exploitant a commVinci si le club résident disparaissait.

Les arguties apportées par le président Legarda et le club n'ont pas suffi à infléchir la position du gendarme financier du football français, qui a infirmé en appel sa première décision pour la durcir encore davantage en excluant le Mans de toutes compétitions nationales.Le MSB peut maintenant initier plusieurs recours, que ce soit une conciliation devant le comité national olympique et sportif (CNOSF) ou une procédure devant le tribunal administratif, accepter cette décision ou encore déposer le bilan. Quoi qu'il en soit, le club fondé en 1985 (qui fut appelé le MUC jusqu'en 2010)  va avoir beaucoup de mal à se relever de cette relégation. 

Christian Grégoire