Le Graët conférence de presse
Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët | FRANCK FIFE / AFP

Le Graët: "Ce n'est pas plus mal"

Publié le , modifié le

Le président de la fédération française de football Noël Le Graët a estimé mardi sur RTL que la démission du patron de la FIFA Joseph Blatter n'était "pas plus mal" et permettrait "de repartir sur de bonnes bases". Le Graët avait pourtant soutenu Blatter, arguant de la continuité de l'action et surtout du fait que la France avait obtenu le Mondial dames de 2019. Refusant de critiquer le clientélisme, il s'était donc inscrit dans le conservatisme. Aujourd'hui pourtant, il voit dans cette démission un futur pour l'organisation mondiale.

"Oui, c'est une surprise parce que la semaine dernière il paraissait plutôt solide. c'est vrai que les réactions depuis, dans le monde entier, n'ont pas été très favorables à cette réélection", a déclaré Noël Le Graët."Je suis un peu étonné mais finalement ça n'est pas plus mal, ça va permettre de repartir sur de bonnes bases avec des vrais candidats".

Ce qui sous-tend l'idée que Blatter n'était pas "un vrai candidat". Mais que la majorité des nations, intéressées à un degré ou à un autre par les avantages accordés par Blatter, acceptait comme tel. Le Graët a aussi évoqué la possibilité de voir Michel Platini,  président de l'UEFA, se présenter à la présidence de la Fifa. "Platini reste mon préféré. Je l'ai toujours dit, est-ce qu'il est prêt à  s'engager dans cette aventure ? Je pense que finalement ce n'est pas une  mauvaise chose, je ne peux pas me mettre dans la peau de Platini, je pense que j'ai toujours imaginé que c'était lui le meilleur candidat. Je pense que si l'Europe doit présenter un candidat ça ne peut être que Michel", a-t-il dit. 

Christian Grégoire