La guerre du foot en Egypte
Le football égyptien en proie à la violence | AFP- Mahmud Khaled

Le Ghana ne veut pas jouer en Egypte

Publié le , modifié le

Le Ghana a demandé à la Fifa à ne pas jouer au Caire le match retour de son barrage qualificatif pour la Coupe du monde 2014 contre l'Egypte en invoquant de "graves" problèmes de sécurité. Ce match retour, qui désignera l'un des cinq qualifiés africains pour le Brésil, est prévu le 19 novembre. Le match aller doit se jouer mardi prochain à Kumasi, au Ghana.

Tous les matches disputés en Egypte depuis la catastrophe du stade de Port-Saïd, qui a fait 74 morts l'an dernier, l'ont été à huis clos ou devant un public limité. Plus de 1.200 Egyptiens ont été tués depuis le renversement du président Mohamed Morsi par l'armée début juillet et seule l'équipe nationale, et les clubs d'Al Ahli et du Zamalek, en coupe d'Afrique, ont été autorisés à jouer.

Tous ces matches se sont jusqu'alors disputés dans la station balnéaire de Gouna, sur les bords de la mer Rouge, les autorités voulant éviter les rassemblements dans les centres urbains. Cette restriction a été levée pour la confrontation face au Ghana, les "Pharaons" espérant décrocher leur billet pour un Mondial pour la première fois depuis 1990. Restriction que refusent donc les Ghanéens qui craignent pour leur sécurité.

Christian Grégoire