Steve Mandanda
Le gardien de l'Olympique de Marseille, Steve Mandanda. | Anne-Christine Poujoulat / AFP

Le gardien Steve Mandanda est de retour à l'OM : "C'était une évidence que je devais rentrer"

Publié le , modifié le

Après une année galère en Angleterre dans le club de Crystal Palace (10 matchs seulement disputés), durant laquelle il s'est blessé au genou, restant 6 mois sans jouer, Steve Mandanda a signé pour trois saisons à l'Olympique de Marseille. Un retour dans son club de coeur qui lui est vite apparu comme une "évidence", comme l'a confié le gardien aux 24 sélections avec l'équipe de France, ce mercredi face à la presse lors de sa présentation.

"Certains m'ont un peu enterré"

Ce retour, c'est une évidence pour vous ?
Steve Mandanda : "Il faut croire que oui. Dès les premiers contacts, c'était une évidence que je devais rentrer. C'était le moment de tenter autre chose, avec cette possibilité de revenir pour vivre un projet cohérent qui a été mis en place. Quand l'opportunité s'est présentée, la réflexion n'a pas été longue."

Comment vous sentez-vous après six mois sans jouer ?
SM : "Même si je n'ai pas joué depuis un moment, je me sens très bien. Ce que j'ai fait à côté m'a permis d'évacuer la frustration, préparer mon retour et enchaîner sur une grande saison. Durant cette période, où il m'est arrivé des choses que je n'avais jamais connues, puisqu'en neuf saisons à l'OM, je crois que je n'avais manqué que deux matches, certains m'ont un peu enterré. Ce qui renforce ma détermination à faire quelque chose de grand, en adéquation avec les ambitions de l'OM. Pour moi, cela tombe à pic."

Regrettez-vous d'être parti à Crystal Palace ?
SM
: "Avec le recul, je pense que ce que j'ai vécu est quelque chose d'enrichissant. C'était certes frustrant, difficile même. Mais on apprend de chaque situation. C'est la première fois que je suis confronté à ça, être écarté d'un groupe. Il faut avoir la force de caractère de ne pas craquer. J'étais face à deux options : abandonner ou me battre. J'ai choisi la seconde et je suis prêt pour les échéances avec l'OM."

"Je ne vais pas brûler les étapes"

Que pensez-vous de Yohann Pelé, le titulaire de la saison passée ?
SM
: "J'ai vu pratiquement tous les matches et "Yo" a fait une très, très grande saison. Il a été très performant et l'OM lui doit d'avoir terminé cinquième. Je viens à peine d'arriver, nous nous sommes croisés et nous n'avons pas encore eu l'occasion de parler ensemble. Mais nous partons en stage et nous aurons l'occasion de discuter. De toute façon, nous nous connaissons très bien. Nous sommes deux garçons intelligents et ce n'est pas à moi d'évoquer le sujet de qui sera le numéro 1."

L'équipe de France, vous y pensez encore ?
SM
: "Je ne vais pas brûler les étapes. Je retrouve le terrain avec l'envie, mais je ne vais pas m'enflammer. Il y a d'abord l'objectif d'être prêt pour le 27 juillet (date du match aller du 3e tour préliminaire de la Ligue Europa, ndlr) et ensuite, enchaîner sur le championnat et faire une grande saison. Je me suis fixé des objectifs personnels, que je compte atteindre, mais cela reste personnel."

Rudi Garcia a dit que, pour lui, un gardien ne pouvait pas être capitaine, cela change-t-il quelque chose pour vous qui l'avez été avant de partir en Angleterre ?
SM
: "Si le coach l'a dit, on n'en parle plus. C'est vrai que j'ai porté le brassard et donné tout ce que je pouvais sans jamais tricher. Maintenant, le coach a une autre vision du rôle, cela ne m'empêchera pas de rester moi-même."

AFP