Le foot gallois dans l'ombre du rugby

Le foot gallois dans l'ombre du rugby

Publié le , modifié le

Non qualifié pour la Coupe du monde, le pays de Galles, qui affronte la France en match amical vendredi, peine depuis toujours à se faire une place sur la scène internationale alors qu'il brille dans le monde de l'Ovalie. Comment expliquer ce phénomène rare ?

Toutes proportions gardées, l'équipe de foot du pays de Galles c'est un peu celle de la Nouvelle-Zélande. A savoir une équipe à jamais destinée à vivre dans l'ombre envahissante de sa voisine du rugby. Certes, le XV du Poireau n'a pas la même renommée internationale que les célèbres All Blacks mais il est lui aussi prophète en son pays. Même ailleurs en Grande-Bretagne, terre d'Ovalie par excellence, le football demeure le sport le plus populaire que ce soit, en Angleterre, en Ecosse ou en Irlande. Rares sont les nations où le foot n'est pas roi, le pays de Galles fait donc figure d'exception culturelle. 

Avec les fameuses mines de charbon, qui ont disparu, le rugby forge l'identité du pays de Galles. Le jeu à XV est une véritable religion qui fait partie de la culture nationale et qui est pratiqué par environ 80.000 joueurs licenciés. Pour un pays qui compte à peine plus de 3 millions d'habitants le score est plus qu'honorable mais, contrairement à ce que l'on pourrait penser, les "footeux" sont tout plus nombreux (175.000). Cette supériorité se retrouve également dans le nombre de clubs, 1920 contre 314. Au pays des rebonds capricieux et de la passe à la main, le ballon rond fait de la résistance... 

Un palmarès international famélique

En revanche, il fait franchement figure de parent pauvre lorsqu'il s'agit de comparer les palmarès des deux sélections nationales. Alors que les rugbymen gallois ont empilé les victoire dans les Tournoi des 5 puis 6 Nations (37 dont 11 Grands Chelems), qu'ils ont atteint par deux fois les demi-finales d'une Coupe du monde (1987 et 2011), les footballeurs, eux, n'ont disputé qu'une seule édition d'un Mondial (1958). Comment expliquer cette gabegie ? En dépit de joueurs souvent talentueux, le pays de Galles n'a jamais vraiment réussi à mettre en oeuvre des structures efficaces pour tirer le maximum de ses ressources footballistiques. 

Foot et rugby partagent pourtant la même organisation au niveau des clubs puisque les meilleurs d'entre eux sont intégrés dans la Premier League anglaise pour le foot et dans le Pro 12 (une ligue à laquelle participent également des équipes irlandaises, écossaises et italiennes) pour le Rugby. Celui-ci ne s'en trouve pas appauvri pour autant puisque le réservoir de ses joueurs semble inépuisable. Depuis les années 60, le rugby gallois a fourni parmi les meilleurs joueurs de la planète. Parmi eux, Gareth Edwards est souvent considéré comme le plus grand tous, le Pelé du ballon ovale. JP Williams, Neil Jenkins, Shane Williams, Mike Roberts sont autant de joyaux du XV du Poireau à travers les époques mais, hormis les passionnés, qui les connaît vraiment ?

A contrario, les footballeurs gallois de niveau mondial sont beaucoup plus rares. Ian Rush, le buteur de Liverpool dans les années 80, Ryan Giggs, l'ailier supersonique de Manchester United ou Gareth Bale sont les seuls à sortir du lot. Et pourtant, ils sont connus partout dans le monde. Comme quoi le foot reste le sport le plus dominant, même au pays de Galles... 

Julien Lamotte