Brésil - Uruguay
Le Brésilien Neymar au contact avec l'Uruguayen Pereira | AFP - CHRISTOPHE SIMON

Le Brésil trouve la clé

Publié le , modifié le

Le Brésil s'est qualifié pour la finale de la Coupe des Confédérations en venant à bout de l'Uruguay (2-1) mercredi à Belo Horizonte. Malgré tout, ce fut un match compliqué pour la Seleçao frileuse et sans inspiration collective, qui a dû s'en remettre à quelques coups d'éclats pour s'en sortir. Les Brésiliens ont souffert mais ont montré qu'ils avaient des ressources et parvenaient à trouver des solutions et la clé du succès même face à une équipe d'Uruguay plutôt agressive en défense.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le Brésil n'a pas survolé les débats comme il l'avait fait depuis les débuts de la compétition, et a même été mis en difficultés par des Uruguayens accrocheurs, qui se méfiaient du contre et sont restés regroupés en défense. La Celeste n'a pas pour autant refuser de prendre sa chance lorsqu'elle a eu l'occasion de se porter vers le but brésilien et sur une de ses premières montées significatives, David Luis commettait une faute sur Lugano. L'arbitre indiquait le point depénalty à la stupeur du public brésilien qui allait pourtant rapidement respiré puisque le tire de  Forlan était stoppé par Juilon César. C'était là le premier tournant du match.

Les Auriverde passés près de la correctionnelle se décidaient alors à sortir de leur torpeur et portaient le danger sur le but uruguayen, mais sans grose réussite, en partie à cause maladresse. I fallait attendre la 41e minute pour que cette pression fut payante, sur un premier exploit personnel de Neymar qui récupérait une munition au milieu de terrain, contrôlait de la poitrine et adressait une balle piquée sur Muslera. Le gardien uruguayen s'interposait mais son revoir revenait dans les pieds de Fred qui marquait dans le but vide.

La Seleçao poussive

La Seleçao avait à peine le temps de profiter de cet avantage que, dès l'entame de la deuxième période, elle se faisait cueillir sur une grosse erreur défensive de Thiago Silva, renvoyant un ballon dans les pieds de Cavani qui n'en demandait pas tant pour ajuster Julio César. (1-1, 48).  Le match prenait alors une tournure un peu bizarre, avec des Brésiliens peinant à construire et des Urugayens durcissant le jeu, et on semblait se diriger tout droit vers les prolongations lorsque Neymar pris une nouvelle fois l'initiative. En adressant un corner rentrant sur Paulinho dont la tête trompait  Muslera (2-41, 86e). Le Brésil pouvait souffler après avoir fait le forcing pour maintenir ce résultat, au terme d'une partie pas toujours très bien maîtrisée. Mais l'essentiel était là: une place en finale de son propre tournoi. 

 

Christian Grégoire