Neymar, Rodriguez, Brésil, Mexique
Le Brésilien Neymar à la lutte avec le Mexicain Rodriguez | YURI CORTEZ / AFP

Le Brésil poursuit son rodage

Publié le , modifié le

Opposé au Mexique, le Brésil a fait le travail pour s'imposer au stade Castelao de Fortaleza, lors de son deuxième match du groupe A de la Coupe des Confédérations (2-0). En attendant le choc face à l'Italie, la Seleçao a fait un grand pas vers les demi-finales de la compétition grâce à un Neymar de gala.

Le Brésil doit une fière chandelle à son attaquant vedette Neymar. Auteur de son 22e but en 36 sélections sous le maillot auriverde, le néo-barcelonais a porté les siens vers la victoire. Véritable poison pour la défense mexicaine, l'ancien de Santos a débloqué la situation dès la 9e minute. A l'image de son but précoce face au Japon (3e minute), le N. 10 brésilien y a mis la forme. Sur un centre parfait d'Alvès bien décalé par Hulk, l'arrière-garde d'El Tri peine à se dégager. A la retombée du ballon, l'équilibre est parfait, le pied gauche précis et la reprise de volée imparable. Ficelle (1-0, 8e). Critiqué pour son rendement en Seleçao, Neymar poursuit son festival sous les vivas des 65.000 spectateurs massés dans les tribunes du stade Governador Plácido Castelo de Fortaleza.

Neymar monstrueux, Brésil victorieux

Poussée par son leader, la formation dirigée par Luiz Felipe Scolari presse à tout va et ne laisse pas respirer les hommes de Jose Manuel de la Torre. Ces derniers, battus par l'Italie en ouverture, laissent passer l'orage. Corona s'envole sur un lob subtil de Dani Alvès (14e) et Neymar voit le cadre se dérober à la suite d'un superbe contrôle orientée (23e). Essouflés par ce début de match tonitruant, les quintuples champions du monde baissent le pied. Les pertes de balle se multiplient mais le Mexique est trop emprunté pour tromper Julio Cesar. D'autant que la charnière sud-américaine David Luiz-Thiago Silva se montre intraitable. L'intensité chute dans le second acte. Les locaux ne parviennent plus à conserver le ballon mais se montrent les plus dangereux. Sur une percée de Paulinho, Neymar est mis en échec par le gardien mexicain (67e).

L'Italie en point de mire

Les Aztèques tentent de répondre mais font les mauvais choix dans la zone de vérité. Alors que son équipe s'achemine vers un deuxième succès dans sa Coupe des Confédérations, Neymar, victime de nombreux coups de la part de ses adversaires, laisse une nouvelle fois parler son talent. Passement de jambes, roulette, l'ancienne vedette de Santos endort Mier et Rodriguez. Un coup de rein plus tard, les deux défenseurs n'ont plus que leurs yeux pour admirer le caviar du néo-catalan pour son partenaire Jô (2-0, 90e +2). Après le Japon, l'adversité proposée par le Mexique était supérieure. Désormais, un premier test attend des jeunes Brésiliens aux absences parfois coupables. L'Italie, vice-championne d'Europe se dresse sur leur chemin. L'occasion de connaître le réel niveau de cette Seleçao. Et de son bien-aimé Neymar, leader attendu des siens.

Réactions
Luiz Felipe Scolari  (sélectionneur du Brésil): "Si on ajoute à notre qualité technique,  que nous possédons, la qualité tactique, on peut avoir une équipe qui peut ne  perdre contre personne. Neymar est un joueur dont nous tous, au Brésil, savons  qu'il peut être un des trois meilleurs du monde, à 21 ans seulement. Il est  fantastique quand il joue comme ça, quand il le fait dans des moments décisifs,  à un an du Mondial. Il joue bien en sélection et progresse encore, le mérite  lui en revient parce qu'il a travaillé sur le plan tactique. Contre l'Italie,  je maintiendrai probablement la même équipe. Nous progressons beaucoup dans la  question du marquage, ça ne me préoccupe plus autant qu'il y a trois ou quatre mois."

José Manuel de la Torre (sélectionneur du Mexique): "On a encaissé le but  dès le début, par un beau geste de Neymar, ce qui a modifié les circonstances.  Ils nous assiégeaient dans notre surface et voulaient marquer. Mais on a bien  joué, on a eu le ballon, on a poussé le Brésil dans son camp. On a eu une  certaine domination dans une grande partie du match et on a manqué de précision  pour marquer. On n'a pas atteint l'objectif.  Ce n'est pas un échec. On est sur notre chemin, l'objectif principal est la  qualification (pour le Mondial). Dans cette compétition, on ne l'a pas atteint,  c'est comme ça".

Classement du Groupe A de la Coupe des Confédérations

                      Pts J G N P 
1. Brésil          6  2 2 0 0   
2. Italie            3 1 1 0  0     
3. Japon          0 1 0 0 1    
4. Mexique       0 2 0 0 2 
   
Restent à jouer 
19/06 Italie - Japon
22/06 Japon - Mexique
22/06 Italie - Brésil

Jerome Carrere