Neymar
Neymar (Brésil). | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Le Brésil, c'est très fort !

Publié le , modifié le

Au terme d’un match qui a atteint des sommets en seconde période, le Brésil a pris le meilleur sur l’Italie (4-2) et s’adjuge la première place du groupe. Un résultat qui lui offre la quasi-assurance d'éviter l'Espagne en demi-finale de la Coupe des Confédérations.

Un classique digne de ce nom. Malgré un suspense mitigé lié au fait que les deux équipes étaient assurées d'être qualifiées, ce énième Italie-Brésil a tenu toutes ses promesses. Si Neymar s'est une nouvelle fois montré à la hauteur en inscrivant un magnifique coup-franc, c'est toute l'équipe du Brésil qui est à féliciter tant elle s'est montrée convaincante pour aller décrocher une victoire méritée qui lui assure la première place du groupe et lui permet a priori d'éviter l'Espagne en demi-finale, à condition que les Ibériques ne chutent pas lourdement face au Nigéria. 

Le Brésil se sera montré dangereux par deux fois en première période, au tout début et à la toute fin. L’entame de match est parfaite, la défense italienne perd deux fois le ballon aux abords de sa surface et il faut une grosse parade de Buffon pour repousser la tentative de Hulk (1ère), dégagée ensuite en corner par Bonucci. La suite est intense mais la Seleçao va sans cesse buter sur un bloc italien très compact. Jusqu’à la dernière minute de ce premier acte et cette tête de Hulk repoussée par Buffon dans les pieds de Dante, tout heureux de célébrer son premier but sous le maillot Auriverde.

Neymar encore décisif

Un peu chanceux de mener au score, le Brésil ne va pas conserver son avantage au score bien longtemps. Sur une ouverture en aile de pigeon géniale de Balotelli, Giaccherini s’invite dans la surface de réparation et allume Giulio Cesar pour permettre à l’Italie de revenir à hauteur. Mais Luiz Felipe Scolari a dans son équipe un joueur capable de faire la différence à tout moment et qui commence à montrer au monde entier l’étendue de son talent. Sur un coup franc à l’entrée de la surface de réparation, Neymar enveloppe parfaitement son ballon qui vient tromper Buffon et redonne l’avantage à son équipe (55e).

L’intensité n’a rien à voir avec la première mi-temps, les deux équipes semblent capables de faire la différence à tout moment et les occasions s’enchainent. Mais c’est finalement le Brésil qui va enfoncer le clou grâce à un énorme travail de Fred (66e), parfaitement lancé en profondeur par Marcelo. Alors qu’on imagine les Italiens assommés, ils vont finalement trouver les ressources pour revenir dans le match quelques minutes seulement après ce break concédé. Sur un léger cafouillage dans la surface brésilienne, Chiellini surprend Julio Cesar sur un tir tout en finesse et réduit le score pour l’Italie (71e).

L'Italie profite de l'euphorie pour pousser et passe même tout proche de l'égalisation sur ce boulet de canon envoyé de la tête par Maggio sur la barre transversale. Les deux formations offrent un grand spectacle aux amateurs de ballon rond. Et c'est finalement le Brésil qui va prendre un avantage définitif. Repoussé tant bien que mal par Buffon, le tir de Marcelo est repris par Fred qui a bien suivi l'action pour s'offrir un doublé (88e). Et assurer à son équipe une victoire de prestige. 

Victor Patenôtre