Le Benfica, soupçconné dans une affaire de corruption, demande à la justice d'agir vite

Le Benfica, soupçconné dans une affaire de corruption, demande à la justice d'agir vite

Publié le , modifié le

Le président du Benfica Lisbonne Luis Filipe Vieira, dont le club est soupçonné d'être impliqué dans des affaires de corruption, a assuré samedi soir que son équipe n'avait rien à se reprocher et à demandé à la justice d'agir rapidement.

Le Benfica Lisbonne soupçonné de corruption, son président Luis Filipe Vieira monte au créneau. "Je veux dire à tous les supporteurs du Benfica que, ma direction et moi n'avons jamais sali l'honneur et la dignité du Benfica", a-t-il lancé aux journalistes, à l'issue d'un match contre l'équipe de Aves comptant pour la 26e journée du championnat du Portugal. Il en a appelé en outre à la justice "afin qu'elle agisse rapidement", après cette rencontre remportée 2-0 par le club lisboète. Le Benfica, le club portugais le plus populaire, est actuellement dans le viseur de la justice dans le cadre de plusieurs enquêtes.

Mercredi, la justice a inculpé Paulo Gonçalves, le directeur du département juridique du Benfica, soupçonné notamment de crimes de corruption, de violation du secret d'instruction et de fraude informatique. Avec lui, quatre autres personnes, dont plusieurs fonctionnaires du ministère de la Justice, ont été également inculpés. Les enquêteurs soupçonnent le Benfica d'avoir eu accès à des enquêtes en cours le concernant ainsi qu'à des dossiers impliquant ses rivaux du Sporting Portugal et du FC Porto, tous protégés par le secret de l'instruction. A la mi-octobre, Paulo Gonçalves avait déjà été mis en examen dans une autre enquête, baptisée "affaire des e-mails", sur l'existence d'un système de corruption d'arbitres visant à favoriser Benfica. Fin janvier, c'était au tour du président Luis Filipe Vieira et du numéro 2 des Aigles Fernando Tavares d'être inculpés en raison de soupçons de trafics d'influence autour d'un juge de la Cour d'appel de Lisbonne. "Nous avons été victimes d'une attaque sans précédent au Portugal", a martelé M. Filipe Vieira rappelant que le Benfica est un club "très jalousé au Portugal". "Mes collègues et moi sommes très déterminés !", a-t-il fait valoir précisant qu'à partir de lundi un "cabinet juridique de crise a été monté" et qu'il serait chargé d'attaquer en justice tous ceux qui saliraient le nom du Benfica.
 

AFP