Messi Lionel au sol Barcelone C1 092010
Messi au sol | AFP-Nemenov

Le Barça en souffrance, l'Inter à la fête

Publié le , modifié le

Le FC Barcelone n'était pas à la fête ce mercredi, n'obtenant qu'un nul 1-1 sur le terrain du Rubin Kazan. Manchester United a également souffert, mais a obtenu l'essentiel face au FC Valence (1-0). En revanche, le tenant du titre a tenu son rang, l'Inter Milan corrigeant le Werder Brême (4-0).

Kazan, bête noire du Barça
Le large succès (5-1) du FC Barcelone sur le Panathinaikos n'était pas fait pour rassurer le FC Rubin Kazan. Mais visiblement, le club russe ne réussit pas au triple champion d'Europe (1992, 2006, 2009). L'an passé déjà, Kazan avait donné du fil à retordre au club catalan en s'offrant le luxe de s'imposer au Camp Nou (2-1), et concédant un nul (0-0) à domicile. Et tout a très mal débuté pour les Blaugranas, lorsqu'à la demi-heure de jeu, Noboa a donné l'avantage aux Russes. Pourtant dominateur, le Barça n'a pas su concrétiser sa possession de balle en cette première période. David Villa a par exemple trop croisé une volée (25e), et la frappe de Pedro a vu sa reprise raser le montant droit adverse (43e).

Les Catalans semblaient plus motivés en début de deuxième période, et Iniesta commençait a faire des misères à la défense adverse. Les Espagnols parvenaient alors à remettre les pendules à l'heure grâce à un pénalty transformé par Villa (60e, 1-1). Messi, jusque-là préservé en raison d'une blessure à une cheville, effectuait son entrée sur le terrain dix minutes plus tard, mais le score en restait là, malgré quelques occasions supplémentaires dont une d'Iniesta (86e) qui aurait sans doute mérité un meilleur sort. Kazan a même failli créer la sensation, lorsque la tête de Martins trouvait le poteau catalan à seulement deux minutes de la fin...

Le faux-pas du Barça profite au FC Copenhague qui, grâce à sa victoire sur le Panathinaïkos 2-0, prend les commandes du groupe D. Le club danois ouvrait le score peu avant la demi-heure de jeu par N'Doye, puis doublait la mise avant la pause par l'intermédiaire de Vingaard (38e). Puis Copenhague s'est retrouvé en début de deuxième période en supériorité numérique après un deuxième carton jaune essuyé par Silva.

Festival d'Eto'o
Après un nul 2-2 face à Twente, les Interistes se devaient de ramener les trois points de la victoire. Et l'objectif a été rapidement atteint, même si une sortie hasardeuse de Julio César dans les premières minutes de la rencontre donnait des sueurs froides à Rafael Benitez. Malgré quelques maladresses défensives, l'Inter se montrait le plus dangereux et comme souvent ces derniers temps, Eto'o trouvait le chemin des filets en prenant de vitesse la défense allemande en glissant le cuir entre les jambes du gardien adverse à la 22e minute. Cinq minutes plus tard, le Camerounais qui déboulait cette fois sur le côté droit, trompait de nouveau Wiese d'une frappe sèche au ras du sol. Sneijder corsait même l'addition sur une nouvelle accélération des Intéristes, qui laissait la ligne défensive du Werder sur place (34e, 3-0). Et Eto'o y allait de son troisième but à neuf minutes de la fin pour porter le score à 4-0…

Victorieux à trois reprises de cette C1 (1964, 1965, 2010), le club milanais entend bien jouer les premiers rôles dans la compétition, et prend ainsi les commandes du groupe A, grâce à une meilleure différence de buts sur Tottenham. Novice dans la compétition, le club anglais s'est imposé à domicile sur un score presque aussi flatteur face au FC Twente 4-1, et ce, malgré l'expulsion à l'heure de jeu de Van der Vaart, l'auteur du premier but.

Les Red Devils sur le fil
Egalement triple vainqueur de la compétition (1968, 1999 et 2008), Manchester United -ne se trouvait pas en bonne posture après un faux pas contre les Rangers lors de la première journée. Pour les Red Devils, un tel résultat n'était pas de bon augure avant de se rendre sur le terrain de Valence, théoriquement leur plus solide adversaire.Dans une rencontre relativement équilibrée, il aura fallu attendre la 85e minute pour voir les Red Devils prendre l'ascendant sur les Espagnols, Hernandez donnant la victoire in extremis aux hommes de Sir Alex Ferguson (1-0).

De leur côté, les Rangers poursuivent leur petit bonhomme de chemin et ont bien joué le coup en dominant les Turcs de Bursaspor 1-0. Naismith a mis le club écossais sur les bons rails dès la 18e minute, et les Rangers vendront chère leur peau dans cette compétition.

Réactions:
David Villa (buteur de Barcelone): "On a pris un point important ce soir. Le penalty encaissé en première période nous a rendu la vie difficile, d'autant que Kazan a bien défendu. Nous avons manqué pas mal d'occasions face à un gardien qui a bien joué, mais nous avons fini par égaliser. Kazan a été performant en contre-attaques, ce qui nous a obligés à être vigilants derrière."

Kurban Berdyev (entraîneur de Kazan): "Je suis content du résultat nul (1-1). Nous avons obtenu un précieux point ce (mardi) soir. Nous avons été très bien organisés en essayant de ne prendre qu'un minimum de risques. Je crois que Barcelone a d'ores et déjà son billet pour la prochaine phase. L'autre ticket se jouera entre les trois autres équipes du groupe (D) et la bataille est en cours."

Rafael Benitez (ESP/entraîneur de l'Inter Milan,  au micro de Sky Sports): "Notre meilleur match de la saison? Non. On avait fait  une meilleure partie contre Bari (4-0 en championnat), une excellente seconde  mi-temps contre Bologne (0-0) et une bonne première contre Udinese (2-1).  Remettre Eto'o en pointe à la place de Diego Milito? Mais Samuel est toujours  près du but, même quand il joue à gauche. L'engagement et la disponibilité des  joueurs comptent plus que le système de jeu. Pour Lucio, il semble que ce soit  musculaire (cuisse gauche, ndlr), ça n'a pas l'air trop sérieux, mais attendons  demain."

Romain Bonte