Le Barça dans le dernier carré

Le Barça dans le dernier carré

Publié le , modifié le

Le FC Barcelone a logiquement décroché une 5e qualification d'affilée pour les demi-finales de la Ligue des Champions en dominant l'AC Milan 3-1 lors du quart de finale retour. Auteurs d'un 0-0 à San Siro, les Blaugrana ont pu compter sur un Messi à la fois buteur (sur deux pénaltys) et passeur sur un but d'Iniesta. Même si le 2e pénalty était discutable, la domination catalane était telle (+ de 60 % de possession de balle) que cette qualification n'est pas usurpée.

Si le match nul obtenu à l’extérieur favorisait les Blaugrana, ces derniers savaient aussi mieux que quiconque que les Rossoneri avaient obtenu un nul 2-2 au Camp Nou en match de poule. Un tel résultat étant suffisant pour voir les Lombards passer, le Barça n’avait pas vraiment droit à l’erreur. Pep Guardiola avait clairement demandé à ses joueurs de développer leur jeu habituel, et les Catalans mettaient d’emblée la pression sur les cages adverses. Dès la 7e minute, Messi montrait avec quelle facilité il pouvait s’infiltrer dans la muraille italienne, mais sa frappe croisée était bien captée par le portier italien. Dans la minute suivante, Fabregas servait Messi d’un lob au millimètre, et cette fois l’Argentin ne parvenait pas à cadrer. Le ton était donné, et l’AC Milan serrait les dents.

Mais deux minutes plus tard, après un gros cafouillage dans la surface milanaise, Messi était taclé par Antonini et l’arbitre M. Kuipers sifflait logiquement pénalty. Le Ballon d’Or se faisait lui-même justice (1-0, 11e), et le Barça prenait le match par le bon bout. Dès lors, et quoi qu’il arrive, les spectateurs du Nou Camp étaient certains de ne pas assister à une prolongation… Le milieu de terrain milanais souffrait mais à la demi-heure de jeu les individualités que sont Robinho et Ibrahimovic trouvaient la faille, le Sudéois plaçant idéalement Nocerino pour tromper le dernier rempart barcelonais (1-1, 33e). Tout était à refaire pour le Barça, et pire encore, avec un tel résultat, c’était bel et bien Milan qui se trouvait qualifié. Et alors que l’on pensait voir les deux formations regagner les vestiaires sur un score de parité, une faute limite de Nesta sur Busquets obligeait l’arbitre à désigner une nouvelle fois le point de pénalty. Les Italiens avaient beau s’agiter, lever les bras au ciel, et protester, Messi se chargeait à nouveau de la sentence et le Barça reprenait l’avantage (2-1, 42e).

Messi encore et toujours décisif

Pep Guardiola (entraîneur du FC Barcelone):"Ce soir, je voulais surtout que nous nous créions des occasions, pas comme contre l'Inter il y a deux ans où nous en avions eu très peu. Et je suis très content: nous avons tiré 21 fois au but. Sur les penalties, nous ne nous sommes pas plaints de ce qui s'est passé au match aller (où le Barça aurait pu obtenir deux penalties). Là, les images montrent qu'il y a bien penalty par deux fois. Si "Monsieur" Ibrahimovic ou Mourinho disent que nous gagnons grâce aux arbitres, je leur réponds que nous sommes en demi-finale pour la cinquième fois de suite, et ça, ça veut dire quelque chose.

En début de deuxième période, Ibrahimovic pensait avoir été bousculé dans la surface adverse par Mascherano, mais le jeu se poursuivait, au grand dam des Milanais. Un but suffisait encore et toujours à ces derniers pour atteindre le dernier carré de la compétition, et se montraient bien plus offensifs qu’en début de rencontre. Pep Guardiola avait prévenu les journalistes italiens, il ne fallait pas titiller Messi, et le tacticien catalan sentait sûrement que son joueur vedette allait répondre présent ce soir. Déjà auteur d’un doublé sur pénalty, l’international argentin allait une fois encore se montrer décisif, lorsqu’à la 53e minute, il voyait sa frappe déviée par Nocerino, et Iniesta qui restait à l’affût, triplait la mise d’une frappe enveloppée (3-1).

Le coup était dur à encaisser pour les Lombards, et éprouvaient toutes les peines du monde à se montrer menaçants dans les rares contres. Les premiers changements intervenaient à l’heure de jeu, avec notamment l’entrée d’Aquilani à la place de Seedorf pour un jeu plus porté sur l’attaque. La possession de balle était totalement en faveur des Catalans, les fautes s’enchaînaient du côté italien, et ceux-ci pensaient même inscrire un quatrième but sur une frappe trop croisée d’Alcantara (70e). La victoire était au bout et la facilité avec laquelle les Catalans évoluait, pouvait en énerver plus d’un. Il faut dire aussi que certains gestes techniques n’étaient pas forcément des plus utiles, et provoquaient fort logiquement la colère des défenseurs de l’AC Milan, Mexes en tête, qui essuyait un carton jaune… Le score en restait là, et le Barça se qualifiait donc pour la cinquième année d’affilée en demi-finale de la Ligue des Champions. Dans le dernier carré, les hommes de Pep Guardiola affronteront le vainqueur du quart opposant Chelsea au Benfica.

Romain Bonte