Ezequiel Lavezzi Leonardo Paris SG
Ezequiel Lavezzi et Leonardo | ERIC FEFERBERG / AFP

Lavezzi ouvre des brèches en défense... et sur le marché des transferts ?

Publié le , modifié le

L'Argentin Ezequiel Lavezzi est donc la première nouvelle recrue du PSG version 2.0 des Qataris. L'Argentin, acheté à Naples pour une trentaine de millions d'euros et quatre ans de contrat, a été enrôlé aussi bien pour ses qualités techniques que pour sa rage de vaincre. Une vertu qui a longtemps fait défaut au club de la capitale. L'arrivée de Lavezzi pourrait également ouvrir la porte à d'autres stars, rassurées par l'ambition et le potentiel parisiens...

Le PSG tient enfin sa recrue phare. Après avoir tourné autour de gros poissons tels que Kaka, Higuain, Ibrahimovic, Dani Alves ou Thiago Silva, Leonardo a réussi son premier coup de pêche de la saison 2012-2013. Et rien ne dit que les filets ne vont pas encore plus se remplir d'ici la fin du mercato. Pour le moment, le PSG se félicité déjà de l'acquisition de cet Argentin de 27 ans, fin dribbleur et buteur efficace. Sous le maillot de Naples, Lavezzi a inscrit 38 buts en cinq saisons. Surtout, il est devenu l'idole de San Paulo à force d'un pressing de tous les instants et d'une "grinta" typiquement sud-américaine. Le peuple napolitain, orphelin de Diego Maradona, a apprécié.

S'il est bien sûr difficile de se prononcer à l'avance sur l'apport de Lavezzi au sein de sa nouvelle équipe, il semblerait que les dirigeants parisiens ne se soient pas trompés en enrôlant le "El Pocho". Son esprit combatif, au milieu des artistes Nene ou Pastore, devrait compenser le manque de percussion qui animait parfois le front de l'attaque parisienne la saison passée. Sa probable entente avec son compatriote Javier Pastore, devrait également constituer une garantie de beau jeu. L'international albiceleste (2 buts en 19 sélections) possède également une expérience intéressante en Ligue des champions qui pourra servir les intérêts du club de la capitale, aux grandes ambitions dans cette compétition. "Paris me donne la possibilité de grandir et je pense que cela va devenir un des clubs les plus puissants", a expliqué le joueur recruté pour un peu plus de 30 millions d'euros, bonus compris.

Et maintenant van Persie ?

Cette première arrivée, qui intervient juste avant que le groupe ne s'envole mercredi pour un premier stage en Autriche, pourrait plus ou moins rapidement être suivie d'autres. C'est le souhait de Leonardo, directeur sportif du PSG, et des richissimes propriétaires qataris du club, qui se heurtent toutefois à une hausse massive des prix dès qu'ils pointent le bout de leur nez. Cette question est certes épineuse, mais n'est pas la plus problématique. Car Paris souffre du manque d'attractivité de la L1 et surtout de la peur des recrues potentielles de se voir de plus en plus imposées, en raison de la volonté affichée du président François Hollande de taxer à 75% la part des revenus au-delà d'un million d'euros. "En ce moment, les équipes ne bougent pas trop et on est un peu dans la même situation", a commenté Leonardo. Cela n'empêche pourtant pas le Brésilien de pister le Robin van Persie. Arsenal demanderait 45 millions pour son attaquant néerlandais. Une somme colossale qui ne semble pas refroidir le PSG. 

Ce transfert, s'il venait à se conclure, pourrait pousser un peu plus Nene et Gameiro vers la sortie. Le premier, malgré une dernière saison souvent excellente (co-meilleur buteur de L1) est en bisbille avec ses dirigeants quant à une éventuelle revalorisation salariale alors que le second, peu utilisé par Ancelotti, pourrait faire ses valises pour Valence.

Julien Lamotte